nos top partenaires
la météo
Nous sommes en Hiver.



Il fait froid et la neige est arrivée ! Les paysages autour de vous seront principalement blancs et immaculés avec une température très basse. Couvrez-vous bien !

Partagez | .
 

 Une visite qui en met plein la vue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trèfle


Messages : 14
Date d'inscription : 06/01/2016
Espèce : Humain
Niveau : Université
Points MS : 24
Points d'apprentissage :
0 / 1000 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Une visite qui en met plein la vue   Jeu 28 Avr - 10:10

Aussi loin qu'il s'en souvenait , Kaname avait toujours détesté les voyages en bateau. Il restait bien souvent isolé dans un coin jusqu'à ce que les sons caractéristiques de la terre ferme lui parviennent, il prenait alors la poudre d'escampette aussi vite que possible.
Le voyage jusqu'à Vecos ne fit pas exception. Il s'était assit sur le pont, évacuant son mal de mer en buvant des briques de jus de fruits.

C'est sitôt débarqué que les choses sérieuses commencèrent. Il avait emmené avec lui une carte en relief, et malgré tout se repérer serait loin d'être simple. Il était pourtant tôt, et un trajet de normalement une demi-heure devint une visite de la ville de trois bonnes heures.
Kaname savait qu'il était en retard, son téléphone lui annonçait régulièrement l'heure. Et pourtant il progressait lentement, sans se presser, s'imprégnant de ce qui deviendrait sa ville pendant quelques années. L'odeur du port était des plus agréable mais après une traversée en mer bien trop longue à son gout, il se dirigea rapidement vers la grande place de la ville. Il devait être 7 heures du matin mais l'on pouvait sentir la ville s'éveiller. Les commerçants se préparaient à ouvrir, les travailleurs commençaient à se rendre au travail...
Le nouvel élève s'attarda bien trop longtemps dans le centre ville. Certes, il arriva à l'école avec plus d'une heure de retard, mais il aurait moins de difficultés à se repérer plus tard. Il regretta quelque peu d'avoir oublié d'apprendre la carte des lieux avant de venir. Mais il avait tant hâte de venir qu'il avait passé plus de temps à imaginer ce qui l'attendait plutôt que se préparer.

Toutes les formalités administratives avaient été remplies à distance, il ne restait plus qu'à récupérer clefs, uniforme et autres. La personne à l'accueil failli le sermonner, mais l'infirmité du retardataire l'en dissuada. Finalement, seul le directeur devait être au courant de ses réelles capacités. Finalement, on lui dit d'attendre devant le bâtiment universitaire.
En sortant, Kaname inspira profondément. L'air était encore frais, il n'était que 9 heures, mais la journée promettait d'être resplendissante. On l'avait prévenu d'une élève serait chargée de son intégration dans l'école, une élève de la classe As qui plus est. Se sentant très peu concerné par la lutte entre les différentes classes, Kaname était simplement content d'être "formé" par un étudiant d'élite.

Il était certains que les curieux s'arrêtaient sur lui, en témoigne la réduction de l'allure lorsqu'ils passaient près de lui. Il faut dire qu'un homme en kimono dans une école en uniforme, ça détonne. Il voyageait plutôt léger, une petite valise contenant deux kimonos, le nécessaire vital, plus ce qu'on lui avait donné et pour finir, arme rangée à l'endroit habituel. Direction le bâtiment universitaire donc, toujours sans se presser. Après tout il devait bien découvrir l'école.
Il aimait beaucoup l'atmosphère de l'extérieur, probablement parce que les élèves étaient majoritairement en cours.

Finalement, il atteignit le bâtiment universitaire, 1h20 de retard au compteur. Et effectivement, il perçu une personne devant le bâtiment, manifestement en train d'attendre. Il s'approcha et s'inclina profondément.

Bonjour, je suis Kaname Blueheart. Je m'excuse pour mon retard, j'ai eu du mal à trouver mon chemin.

Inutile de dire qu'il avait volontairement flâné.


Dernière édition par Kaname Blueheart le Jeu 28 Avr - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Une visite qui en met plein la vue   Jeu 28 Avr - 20:08

Et une autre journée barbante qui allait s'accompagner d'une mission toute aussi chiante. Elle avait été reçue la veille par le directeur, dans le bureau qui avait servit de théâtre aux événements tragiques de l'année précédente. Sa mission ? Accueillir un nouvel élève. Jusque-là, c'était une mission plutôt banale vous me direz ; oui, mais l'élève en question sortait d'une famille d'assassin et avait à apprendre les bases de la vie en société.
Et dire que je pensais que j'étais pas sortable.
Et ce n'était pas comme si je pouvais me défiler de cette mission en plus. Le directeur m'avait vraiment dans sa ligne de mire ; d'abord la mission d'infiltration chez les coeurs, maintenant ça… Mais il n'allait pas m'abattre. Oh, ça non. Il n'attendait qu'une chose, un faux pas de ma part : il allait découvrir que si c'était grâce à moi qu'il avait sa position, c'est qu'il n'était pas bien placé pour s'attendre à des erreurs de ma part.

C'était donc pour cette raison que je ne me trouvais ni en cours ni à l'entrainement en cette fraiche matinée. J'attendais, adossée au mur du bâtiment universitaire. Mon uniforme tout froissé, ma chemise dépassait de sous ma veste, mes cheveux étaient dans leur pagaille habituelle. Rien qu'avec ces détails, j'étais loin de l'image qu'on se faisait d'un élève de classe as ou joker. Ajoutez à ça que j'étais minuscule et frêle et maintenant vous aurez la conviction qu'un nouvel arrivant ne pouvait décemment pas me prendre pour une élite. Et pourtant…
Le directeur m'avait confié un petit carnet de notes quant à ce que dont je devais m'occuper en particulier chez le nouveau, mais je n'y avais pas jeté un coup d'oeil. S'il pensait que je ne savais pas gérer les nouveaux arrivants… J'avais géré ce type, Ozuki, quand il était encore à l'académie. Après ça, je savais gérer à peu près n'importe quoi.

Les minutes passèrent les unes après les autres. Nox s'endormit sur mon épaule, la tête enfouie sous son aile, tandis que je m'amusais à créer des petites flammes et à les faire danser devant moi. Plusieurs fois un surveillant passa devant moi, me regardant d'un air suspicieux. Je le fixais d'un air furieux pour toute réponse. J'envoyais quelques messages à Shayne et à Mischa pour faire bonne figure ; de Zayn, pas de nouvelles. J'éprouvais un semblant d'affection pour ce personnage-là et espérais qu'où qu'il était, il ne s'était pas fait pincer. Ou si tiens, ça l'aurait amusé. Bref.

Cela dit, avec l'heure qui tournait, je n'avais pas grand-chose d'autre à penser.

Finalement, avec 1h20 de retard, je vis un sagouin en kimono se diriger vers le bâtiment. Je retins un eyeroll et le soupir qui allait avec, et me redressais pour lui faire la leçon quand il arriverais devant moi…
Ce qui n'arriva pas tout de suite. En effet, monsieur Kimono s'était arrêté devant un autre élève d'As qui attendait un peu plus loin – et qui pour le coup correspondait plus à la carrure d'un élève d'élite. Incliné profondément devant le type qui n'avait pas l'air de comprendre ce qui se passait, je ne pus cette fois-ci retenir un facepalm retentissant. Je me dirigeais à grand pas vers les lieux du « crime » et arrivée au niveau du kimono et de l'autre as qui était parti en nous regardant comme si on était des aliens, je me raclais la gorge.

« Actually, c'est moi qui dois t'accueillir aujourd'hui. » fis-je d'un air glacial tout en dévisageant le nouveau, maintenant que je l'avais – enfin – en face de moi. Il était très bleu et des loupiotes l'entouraient. A part ça, il ne m'inspirait rien de particulier.
« J'imagine que tu veux poser tes affaires, et j'en profiterai pour te faire visiter le bâtiment. »

______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trèfle


Messages : 14
Date d'inscription : 06/01/2016
Espèce : Humain
Niveau : Université
Points MS : 24
Points d'apprentissage :
0 / 1000 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Une visite qui en met plein la vue   Jeu 28 Avr - 22:05

Le nouvel élève comprit son erreur presque instantanément. Le silence et la stupeur de son interlocuteur en furent un excellent indice. Kaname entendit sur le côté l'approche de quelqu'un d'autre, jusqu'ici un peu plus en retrait. Sans s'excuser de la méprise il pivota vers le nouveau venu et accueilli le raclement de gorge de ce dernier avec un sourire. Cette nouvelle personne était une fille, a priori plutôt petite. Et sa voix mélangeait assurance, agacement et hostilité. S'occuper de lui avait sûrement été une corvée assignée de force et Kaname lui même n'avait aucune idée de l'ampleur de la tache. Face à cette nouvelle présence imposante malgré un physique probablement d'enfant l'assassin adopta une posture prête à toute éventualité. Un réflexe. Si pour les personnes lambda ne l'indiquait, les spécialistes du combat avaient une chance de noter la modification des appuis du garçon. Une posture discrète de préparation au combat. Mais nuls doutes que les gens autour d'eux n'eurent rien remarqué.

Je vois, désolé pour ce malentendu, je me présente à nouveau, Kaname Blueheart. Entendons nous bien !

La jovialité apparente du garçon n'était pas feinte. Au lieu d'accueillir la réaction de sa ... "tutrice" avec déception, il avait simplement dirigé sa bonne humeur vers autre chose. En l’occurrence, la perspective de découvrir son bâtiment, son dortoir. Les trèfles hein ? Il sentait qu'il serait à l'aise là bas. Des gens qui ne cherche pas le combat, ça le changerait radicalement de son ancienne vie. Et puis, les études, Kaname était plus ou moins plongé dans des études, bien que ces dernières soient particulières. Il fut tiré de sa rêverie par son interlocutrice.

Oui, allons-y, d'abord le bâtiment des trèfles que je dépose mes affaires et puis la suite ! Mais, tu as le droit de rentrer dans le bâtiment des trèfles ? N'est ce pas réservé à ladite classe ?

Cela semblait logique, de quel droit pourrait-on faire intrusion dans le territoire des autres classes ? Enfin, certains prendraient sûrement toutes ces libertés, plus beaucoup d'autres. Le trèfle sourit à cette pensée, l'aspect jeu de règles lui plaisait également beaucoup. à bien y réfléchir, y avait-il une classe ou il n'avait pas sa place ?
Il chassa ces idées de son esprit et se concentra sur la situation. Direction le bâtiment trèfle donc. Ayant apprit la configuration de l'école il se dirigea vers le bâtiment des trèfles aux côtés de sa guide.

Du coup, comment t'appelle tu ?

Eh bien oui, autant partir sur de bonnes bases. Même si c'était très mal engagé.
Il n'était pas facile de discuter tout en apprenant à parcourir une nouvelle route. Heureusement la technique était rodée. Il marchait sur des pavés, et au moindre changement de sol il savait qu'il atteignait le bord du chemin. Conjugué à sa connaissance de la carte des lieux, il n'eut aucun mal à suivre le bon chemin sans suivre sa guide. Et fort heureusement il n'y eu pas d'obstacles imprévus. Il intercepta même une balle perdue sans même tourner la tête, et la relança à l'expéditeur sans cesser de regarder devant lui.

Sommes nous encore loin ?

Kaname savait à peu près ou il était, mais de là à pouvoir estimer le temps de trajet restant, il ne fallait pas exagérer.
Finalement ils arrivèrent dans son bâtiment, l'endroit était très calme. L’atmosphère transpirait la paix. C'était comme si rien ne pouvait arriver. Enfin, façon de parler, mais l'endroit semblait être davantage spirituel qu'autres choses. Le message était clair, la pensée régnait de manière absolue dans cet endroit. Il marqua une pause à l'entrée, s’imprégnant profondément des lieux, et prit la la parole après une profonde inspiration, totalement apaisé par l'ambiance.

Je vais poser mes affaires, je reviens tout de suite.

Il délaissa ainsi son guide, s'engageant prudemment dans le bâtiment. Il mit plusieurs dizaines de minutes avant de trouver sa chambre, et dut demander son chemin à de nombreuses reprises. Il ne prit pas le temps de se repérer dans sa chambre, ayant suffisamment fait attendre l'As.
Le retour dans le hall fut rapide, le chemin était d'ores et déjà gravé dans sa mémoire. Son visage reprit son expression de joie innocente lorsqu'il retrouva sa guide.

Désolé de t'avoir fait attendre, je me suis pas mal perdu. C'est plus grand qu'il n'y parait en fait.

Il avait beau savoir se déplacer seul, se repérer seul, identifier les gens avec une précision déconcertante, ne pas être atteint par les déguisements et être un assassin à l'avenir radieux, il était certaines choses que le temps et le travail ne compenseraient jamais.

Alors, où va-t-on maintenant ? Je te suis !

A peine furent ils sortis qu'un groupe d'élèves les interpella de loin. Kaname ne prêta pas vraiment attention à leurs propos, mais les intentions étaient claires. C'était un jeu amusant de provoquer ces lâches de trèfles. Mais la notion de paix n'était pas la même pour tous. Chez les Heathcliff, le combat est quelque chose de tout à fait normal, une activité comme une autre, rien à voir avec le conflit, seule la mort est un enjeu.
Leurs provocations ne réussirent qu'à lui arracher un sourire. Il prit son arme à l'intérieur de son kimono et adopta une posture de combat, en effleurant aussi machinalement ses extentions.

Voyons ce que vaut cette école.

Il n'avait absolument aucune idée de l'interdiction de se battre ni du fait que se battre c'était mal en société. Mais comment le saurait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Une visite qui en met plein la vue   Sam 30 Avr - 8:05

Mon regard critique jaugeait le garçon tout à fait bleu. Le type était BLEU et il allait chez les TREFLES ; vous la sentez l'erreur ? Rien que ce manque de logique m'agaçait. Pas embarassé pour un sou de s'être planté, le type se tourna juste vers moi, adoptant une posture défensive l'air de rien. J'haussais un sourcil.
« Je suis pas là pour te bouffer, détends-toi. »
Il n'y avait qu'un œil avertit pour voir et ressentir que le type était prêt à se défendre, mais j'avais eu mon compte de combats, même si ma formation universitaire était basée sur la pratique de la magie, je m'assurais de savoir me battre aussi de mon côté – et j'avais eu raison de faire ça d'ailleurs, mais vous n'avez qu'à lire le reste de mes rps pour le savoir.

Le garçon montrait d'un enthousiasme qui me fatiguait déjà. La classe trèfle se justifiait. Me retenant de lui passer les nerfs dessus – mes couilles fictives étaient toujours, rappelons-le encore une fois, tenues par le directeur – j'inspirais profondément avant de me mettre à marcher vers le bâtiment de sa classe, comptant qu'il se mettrait à me suivre.
« Je m'appelle Shae et je suis de la classe As. C'est une classe d'élite et cela me donne le droit d'aller dans le bâtiment des trèfles. » Ma voix était neutre, mes explications devaient suffire à répondre à ses interrogations sans que je n'ai besoin d'être trop friendly.

Nous traversâmes donc l'académie jusqu'au bâtiment. Le type avait l'air d'avoir avalé le plan avant de venir, ce qui faisait que je n'avais pas à me retourner toutes les deux secondes pour voir s'il suivait : c'était parfait là-dessus.
« Le couvre-feu est à 22h. Tu n'as pas le droit d'aller dans d'autres bâtiments que ceux où tu as cours, où tu t'entraines, ou que celui-ci où tu dors. » Je déblatarais le discours appris par coeur au fil des visites que j'avais dut faire faire à des floppées d'arrivants… Fil d'arrivants qui s'était largement tenus après la fameuse attaque de monstres. Bizarrement, les gens ne voulaient plus envoyer leurs enfants dans une académie où l'ancien directeur planifiait le meurtre de masse pour couvrir des expérimentations illégales. Incroyable.

Bref, le type me lâcha pour aller poser ses affaires dans sa chambre. « La clé est à l'accueil » fis-je pour la bonne forme – et pour avoir une jolie note dans mon dossier.
Je dus attendre un peu que le type trouve sa chambre, blabla, il revint un peu plus tard en s'excusant.
« C'est normal. C'est assez grand, tu vas t'y faire avec le temps. » Moi ? Faire preuve de gentillesse ? Non, d'hy-po-cri-sie. Voilà. C'est ça le bon mot. Mais j'étais une excellente menteuse et il ne se rendrait très certainement pas compte que je n'avais aucune intention de le rassurer, que je disais ça parce qu'on attendait de moi que je le dise.

« Suis-moi. » Je comptais le diriger vers le bâtiment universitaire afin de lui montrer la cafétéria et les salles de cours, mais à peine avais-je fait quelques pas qu'un groupe d'élèves carreau nous interpella. Cette fois-ci, je ne pris pas la peine d'afficher un masque de sympathie ; je transpirais le mépris et roulais des yeux en entendant les provocations débiles et dignes des coeurs qu'on nous adressait. « eh gngngn t'es une as et tu t'occupes d'un pd de trèfle et gngngn... »
Mais le nouveau n'avait pas l'air de prendre ces provocations à la légère ; en posture de combat, il leur faisait déjà face. Je lui jetais un regard complètement ahuri. C'était un trèfle, ça ? Le directeur me faisait une blague. C'était ça.

« Si tu comptes te battre contre eux tu peux tout aussi bien arrêter de me faire perdre mon temps, retourner chercher tes affaires et rentrer chez toi. On ne se bat pas ici, et encore moins depuis qu'on a la moitié des élèves qui ont crevé dans l'attaque de monstres. »
Je me retournais alors vers les carreaux qui nous avaient provoqués.
« Quant à vous si vous avez besoin de provoquer un pauvre nouveau en kimono c'est que vous avez certainement besoin de compenser quelque chose. Mais c'est pas grave hein, y'a des traitement pour agrandir les petites bites maintenant. Alors allez jouer ailleurs et laissez les grands travailler. »
Les hommes basiques n'aimaient jamais qu'on parle de la taille de leur queue.

Sur cette dernière remarque, je me repris mon itinéraire de base et priais pour que le nouveau suive sans faire d'histoire. Putain mais même les trèfles savent plus se tenir, où va ce monde de décérébrés quoi.

______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trèfle


Messages : 14
Date d'inscription : 06/01/2016
Espèce : Humain
Niveau : Université
Points MS : 24
Points d'apprentissage :
0 / 1000 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Une visite qui en met plein la vue   Mar 10 Mai - 20:54

L'as qui accompagnait Kaname mit une sacré soufflante aux provocateurs, et à Kaname en passant. Celui-ci, nullement blessé dans son ego se contenta d'un "Ah bon." en rangeant son arme dans son kimono, songeant que les règles ici étaient bien étranges. Pourquoi diable une école militaire interdisait les affrontements ? Le nouveau trèfle c'était renseigné sur les événements d'il y a peu à Rakishou. Alors certes, c'était terrible et cela expliquait la chute du nombre d'inscrits, mais quelques morts ne justifiaient pas une interdiction stricte des combats. Chez lui, on se combattait régulièrement, avec pour seule limite d'éviter la mort, bien que cela arrive tout de même parfois. C'était un entraînement rude mais les résultats étaient là.
Kaname soupira, si les combats étaient interdits il allait s'ennuyer ferme, il ne savait rien faire d'autre.
Il emboîta le pas à sa guide, presque certain qu'ils se dirigeaient vers le bâtiment universitaire. Ignorant le manque d'intérêt de Shae pour sa personne, le garçon continua d'entretenir la discussion.

Je ne m'attendais pas à ce que les règles d'une école militaire prohibe les combats. C'est... surprenant. Le directeur a du vous en parler, puisque vous êtes "chargée" de mon cas, mais chez moi, on s'attaque et on se fait attaquer en permanence. Un moyen de nous garder aux aguets tout en s'entretenant et en maintenant un esprit de compétition entre nous.

Peu lui importait que sa provenance soit révélée, le jour ou il serait un assassin avéré et actif, toute trace de son identité disparaîtrait, il serait effacé du globe. Seule la chef de famille pouvait garder un réel statut social. Il continua sur sa lancée.

Est-ce que tous les élèves ici sont des chochottes qui se contentent de provoquer tout en fuyant lâchement à la première remarque sur le contenu de leur pantalon ?

Il continua à blablater, alternant questions sur l'école, et informations sur lui afin que sa guide puisse le cerner et espérant que cette dernière aurait la jugeote pour savoir ce qu'elle devrait lui enseigner. Il hasarda même quelques questions sur elle.
Kaname repéra non loin d'eux un petit groupe jeunes en train de discuter en riant. Ils étaient trop loin pour les gens normaux, mais comme d'habitude, Kaname suivit leur discussion sans problèmes.
Ils croisèrent d'autres groupes d'amis du genre, les cours semblaient avoir une période vide.
Le trèfle continuait de taper la discussion quand soudain, une détonation retenti à deux pas d'eux. Instantanément, le réflexe de combattant prit le dessus et il fit trois bonds éclairs en arrière, reculant ainsi d'une quinzaine de mètres en une seconde, le tout en poussant un juron de frayeur. Il n'avait rien entendu venir.
Des excuses lui parvinrent, d'un groupe de jeunes devant eux plus loin sur le chemin. Quelqu'un de normal aurait vu le pétard lancé malencontreusement vers eux et n'aurait pas été aussi surpris. Les tympans meurtris, une ouïe sensible a aussi ses inconvénients, il retrouva son sourire, en assurant que ça n'était pas grave. Ce ne fut qu'une grosse frayeur.
Il n'avait pas peur des explosions, mais là comme ça aussi près d'eux, et en étant prit au dépourvu, il avait bien failli instantanément sortir son arme pour préparer une riposte. Mais il était resté maître de lui même, et avait commencé à appliquer ce qu'il apprenait. On ne sortait pas son arme pour un oui ou pour un non.

Désolé, je n'ai rien vu venir. Je suis sur que ça ça n'est pas autorisé ici, je me trompe ? ajouta-t-il avec un sourire en coin.

Ils reprirent leur chemin et arrivèrent finalement au dit bâtiment. Il avait beau être aveugle, Kaname "entendait" la présence du bâtiment (ce dernier faisant obstacle aux sons ou renvoyant des échos). Il n'avait décidément pas l'attitude de quelqu'un qui découvrait quelque chose. étant aveugle, pourquoi promener son regard sur quelque chose que l'on ne pourra pas apprécier à sa juste valeur.
Il s'approchèrent de l'entrée... et il fit une chute magistrale, n'ayant absolument pas anticipé la présence éventuelle de marche avant la porte. Couché au sol, il poussa un soupir exaspéré. Il avait horreur de découvrir des lieux, toujours sujets aux mauvaises surprises du même genre. Détecter les gens, les chemins, les obstacles, écouter ce qu'on lui disait et parler, il ne pouvait pas tout faire.
Il finit par se relever et s'excusa d'un ton monocorde. Son sourire avait finalement disparu, laissant place à une moue blasée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Une visite qui en met plein la vue   Ven 27 Mai - 13:02

Le p'tit nouveau était tout surpris de ma tirade. Mais d'où il sortait, au juste ? Toujours exaspérée, je feuilletais le dossier du garçon, que j'avais gardé sous le bras, mais ne trouvait rien qui justifiait que ce type veuille trucider les premiers abrutis venus. Moh. Il était peut-être simplement susceptible, après tout, j'aurai été la première, fut un temps, à essayer de foutre le feu à ces malotrus. Littéralement.
Le petit répondit à ses interrogations de lui-même, finalement ; alors comme ça, il venait d'un coin où tout le monde se tappait dessus en permanence ? Intéressant. J'eus le réflexe de faire une petite croix à côté de lui dans ma liste mentale d'élèves de l'académie, même si finalement me constituer une armée maintenant n'était pas envisageable. Certaines habitudes sont tellement difficiles à perdre.
« Ici ce n'est pas le cas. On ne s'attaque que dans les endroits prévus à cet effet. Autrement, on doit vivre en parfaite harmonie, sinon ça sévit, on peut se faire renvoyer. » Si ça ne tenait qu'à moi, le système de son bled serait adopté sur le champ. C'était un bon moyen d'éliminer les plus faibles, de garder les plus fort, et surtout, de ne jamais s'ennuyer. Mais bon. Un jour, mon précieux.

La remarque suivante du trèfle la fit pour le coup sourire – ce qui méritait indubitablement les applaudissements du public.
« Non, c'est juste que là ils savaient que je pouvais les mettre dans la merde si ils continuaient, c'est l'avantage d'être en as. » Allez, il m'avait fait sourire, il avait le droit à une réponse gentille. Mais une seule, c'est tout.

Mais le trèfle continua à poser des questions. Quand il s'agissait de l'école, je répondais honnêtement et sans omettre d'informations ; quand il s'agissait de moi en revanche, je devenais plus élusive et répondais vaguement à la question, sans vraiment lâcher d'information importante, mis à part que j'étais en classe d'élite depuis un moment, que j'étais à l'université et que je m'appelais Shae.

Il continuait à déblatérer ainsi lorsqu'un bruit d'explosion se fit entendre juste devant moi ; Nox s'éveilla dans une tempête de plumes alors que je me mettais dans la seconde dans une posture défensive, faisant apparaître des boules de feu dans mes mains, cherchant ce qui avait provoqué ce bruit, et lâchant des jurons en anglais entre mes dents. Ce n'était au final rien d'autre qu'un pétard qui avait explosé et je fis disparaître mes fireballs, trois élèves se répandant en excuses devant eux, au départ vaguement impliqué mais maintenant inquiets quand ils virent l'uniforme d'As que je portais. « Le prochain je le fais exploser dans vos frocs si vous rangez pas ça immédiatemment bande de cons! » leur aboyais-je dessus, furieuse de m'être laissée surprendre.
Je me retournais enfin pour m'occuper du trèfle bleu ; facilement à une quinzaine de mètres derrière, il marchait vers moi avec un petit sourire en coin. Je le dévisageais d'un œil critique quelques secondes, lui laissant le temps de me rejoindre. Quinze mètres par réflexe ? Il se déplaçait par sauts de grenouilles ou quoi ? « Tu peux sortir ton sabre si tu es vraiment en danger mais ça serait mal vu quand même. Sinon, s'éloigner, c'était plutôt un bon réflexe. » Toujours furieuse et avec un Nox parfaitement réveillée sur l'épaule, je reportais mon attention sur les trois élèves fautifs, qui avaient déviés du chemin la queue entre les jambes. Le plaisir de l'autorité presque absolue. J'étais néanmoins quasiment certaine que je venais de me les mettre à dos et qu'ils trouveraient le moyen de se venger de l'affront terrible de leur avoir crié dessus.

C'était le revers de la médaille ; depuis le massacre, en nous voyant sortir avec l'adjoint, Shayne, Arya et moi-même avons été associés de manière irrémédiable au meurtre du directeur et les élèves étaient persuadés que nous aurions dus être exclus et envoyés en prison ; à la place de quoi, nous reprenions notre vie normale à l'académie. J'étais haïe de tous, plus encore que les années précédentes.
Je repris mon chemin en me doutant que le trèfle me suivrait. S'il venait d'un endroit bizarre, au moins lui ne remettait pas ce que je disais en question et ne faisait pas d'histoires.
J'ouvrais la porte du bâtiment universitaire, mais un bruit sourd – celui d'une chute – se fit entendre derrière moi. Sourcils froncés, je me retournais vers mon protégé, étalé face contre terre, son sourire enfin décroché des lèvres. Encore énervée par l'histoire du pétard, je ne fis pas de commentaire moqueur et me contentais de passer devant, tenant la porte derrière moi.

S'il y avait bien une chose dont on pouvait être fier à l'académie, c'était la splendeur du bâtiment universitaire qui n'avait rien à envier aux façades des plus grandes universités du reste du monde. Le hall respirait de cette atmosphère studieuse et de puissance calme qu'ont les bâtiments imposants, ces bâtiments qui vous font vous sentir tout petit quand vous y entrez.
« A gauche, la BU ; à droite, la cafétéria. Tu veux jeter un coup d'oeil ou on passe au premier étage? » Je portais cette fois-ci mon attention sur lui. Il y avait un truc qui clochait, un truc que j'avais loupé.

______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une visite qui en met plein la vue   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une visite qui en met plein la vue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia
» le forum de claude ! une visite s'impose les ami(e)s! merci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie Rakishou :: Zone universitaire-