nos top partenaires
la météo
Nous sommes en Hiver.



Il fait froid et la neige est arrivée ! Les paysages autour de vous seront principalement blancs et immaculés avec une température très basse. Couvrez-vous bien !

Partagez | .
 

 Mission aux sous sols des rancoeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
As
avatar


Messages : 625
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 791
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Mission aux sous sols des rancoeurs   Sam 8 Mar - 20:57

Mission aux sous sols des rancoeurs
«Le divorce est le sacrement de l'adultère.»
Shae Swann & Shayne O'Reily




8 heure. Je me réveillais, sur une chaise dans un coin du QG de Pande'. Étant étudiant, personne ne me cherchait dans ma chambre ; il m'arrivait donc régulièrement de passer mes nuits ici, pas forcément à bosser pour Pande', mais simplement à attendre, à peaufiner ma maîtrise de la glace et parfois même à participer aux combats du Fight Club -bien que je tâchais de rester discret afin qu'un minimum de personne ne prenne conscience de l'étendue de mes capacités, histoire d'avoir un effet de surprise le jour où nous passerions aux choses sérieuses. Bref, la vie m'allait assez bien ainsi pour être honnête, mais je n'oubliais pas pour autant mes ambitions à savoir prendre le contrôle de l'académie. Enfin, à l'heure actuel, le but était surtout de me réconcilier avec la lutine, et en rejetant un coup d'œil aux SMS de la veille, je me disais que ça n'allait pas être facile.

Enfin bref, à force de lambiner, j'allais rater le "rendez vous" avec Shae. Après avoir vaguement réajuster le col de ma chemise, je sortis donc du QG, vers 8h30. A cette heure, les élèves se faisaient plus rares : les lycéens et classes inférieures était pour la plus part en classe. Il n'y avait donc quasiment que des étudiants, c'était d'ailleurs pour cela que je préférais ces plages d'horaires : il y avait rarement dans les niveaux d'études inférieurs, des élèves capables de me surprendre autant que les étudiants. Je ne voyais donc, ou bien que des adversaires possiblement intéressants, ou bien des recrues potentielles à Pande' -Ce qui était logique après tout, je voyais mal Pande' fondé avec une majorité de gamins-. D'ailleurs, le seul gamin qui m'intéressait pour l'instant était celui de Shae, Ichi. ça allait être chiant de le convaincre, ce qui me faisait encore plus douter de si son intégration était une bonne idée. D'un côté, il savait trop de choses pour rester neutre. Mais de l'autre, avoir un allié présent uniquement par obligation pour vous couvrir... Vous l'accepteriez, vous ? D'un autre côté encore, ses pouvoirs restaient intéressants.

Perdus dans mes pensées donc, je marchais sans vraiment faire attention à ceux qui se trouvaient sur mon passage. Je bousculais, profitais pour piquer le goûter des gens -je venais de me lever après tout, j'avais faim- sans que personne ne vienne se plaindre directement à moi : Pour chacun qui essayait, un membre de Pande' surgissait de nul part et s'occupait de calmer le jeu mais sans jamais en venir aux mains : leur simple présence suffisait de menace. On pourrait me penser fuyard, mais la véritable raison de cette "garde" était que je n'avais pas l'envie de m'attarder sur ceux que je pouvais considérer comme faibles, et estimais donc que les plus forts franchirais cette simple menace. En somme, cette garde était donc pour moi un filtre permanent.

J'arrivais finalement au point de rendez vous pour la mission : devant la porte des sous sols. J'étais appuyé au mur juste à côté en attendant la lutine, j'avais bien dix minutes d'avances. Tout en mangeant la pomme que j'avais piqué à quelqu'un, je fixais donc les gens aux alentours. Fixement. Puis, lorsque cette personne, se sentant observé, se tournait vers moi... Je mimais un "bouh" sortant de mes lèvres. A ça, les élèves tournait immédiatement les yeux, ou bien parce qu'il me prenait pour un fou, ou bien parce qu'il avait eu de vagues échos sur quel genre de psychopathe je savais être. Dans les deux cas, sentant que mon regard ne les lâchait pas, il finissait par partir. C'est ainsi que petit à petit, je vidais les alentours, en attendant ma chère collègue, Shae. L'air de rien, nous allions faire une mission de rang B, c'est à dire potentiellement risquée. J'espérais donc qu'elle saurait mettre notre rancœur de côté si les choses se compliquaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Sam 8 Mar - 22:46



Mission aux sous-sols des rancoeurs

ft. Shayne O’Reily


3 jours.
Il lui avait fallu 3 putains de jours, à celui-là, pour revenir.

Bon, j’exagère. J’avais peut-être réagit de manière excessive, mais je n’avais pas spécialement ressenti le besoin de lui parler. Non pas que je n’ai pas accordé une pensée à Shayne O’Reily pendant ce laps de temps, au contraire. Quelques remarques qu’Ichiyo m’avait lancé pendant l’incident au Fight Club quelques jours plus tôt m’avaient gardée avec l’esprit occupé.

Fort heureusement, et je n’avais pas pensé le dire en recevant l’ordre de convocation, j’avais rendu visite au directeur juste après notre échange de sms – plutôt froids, d’ailleurs, ce qui avait achevé de me faire psychoter sur Shayne. Une alliance était-elle encore possible ? Enfin, je me rendis comme demandé chez ce sympathique directeur. Ce cher monsieur jugeait ma conduite exemplaire ces deniers temps et s’était dit qu’enfin, je pourrai récupérer Nox.
Nox ? C’est mon hibou, que j’ai amenée avec moi à l’académie. La condition ? Que je parte faire une mission. C’était toute fière – et sacrément satisfaite de le prendre par surprise - que je lui annonçais qu’une mission classe B était déjà réservée à mon nom et à celui d’O’Reily. Mon sourire le plus hypocrite collé aux lèvres, je quittais son bureau avec les papiers en main pour récupérer mon oiseau.

Enfin bon, bref, du coup, j’avais passé une bonne partie de la nuit réveillée, pour diverses raisons : la première étant que je suis d’un naturel insomniaque, la deuxième que Nox n’arrêtait pas de me donner des coups de becs, sûrement pour me punir de l’avoir abandonnée pendant près d’un an et demi. Quand j’arrivais enfin à m’endormir, il était dans les alentours de 3h30… Et fatalement, je me levai en conséquence.

8h30 me vit ouvrir un œil paresseux, immédiatement suivit par des jurons poussés un peu trop fort qui firent s’envoler l’oiseau dans un vacarme assourdissant. Douchée et habillée – short, débardeur et rangers, on ne change pas une équipe qui gagne – en un temps record, je dévalais les escaliers de mon bâtiment dans les environs de 8h45. Je marchais d’un pas vif mais sans courir – je n’allais tout de même pas me faire engueuler pour dix minutes de retard, si ? J’avais déjà fait l’effort extrême de ne pas me pointer avec 4 heures de retard comme mon cher ami pique me l’avait si bien suggéré la veille – à travers toute l’académie pour rejoindre le bâtiment principal, où j’avais rendez-vous avec Shayne.
J’appréhendais quelque peu la rencontre avec ce dernier, étant toujours furieuse contre lui par rapport à l’autre jour ; et ayant noté que lui non plus n’avait pas l’air totalement calmé, je n’étais pas des plus confiante. Cela m’embêtait de devoir refaire la Guerre Froide avec le pique, je m’étais habituée à ne plus jouer toute seule, vous voyez ? La difficulté allait résider en le fait de mettre chacun notre ego de côté et ça, vu la place qu’ils occupaient, ça n’allait pas être une mince affaire.

Nox posée sur mon épaule, la tête cachée sous son aile, j’ouvris la porte du hall avec la classe et l’élégance qui me caractérisaient. The party don’t start ‘til i walk in bitches. Direction l’entrée ordinairement interdite des sous-sols. Je jetais un œil à mon téléphone au passage ; 08h55. J’étais LARGE.

Je repérais mon collègue facilement : il était le seul dans le coin. Le connaissant, il avait fait fuir tout le monde avec sa méthode de fixation flippante ; imaginer la scène m’arracha un sourire amusé, visible de là où il était. Je parcourais la distance qui nous séparait d’un pas aérien, et une fois à portée de voix, le saluait. « Mornin’, honey. » J’agissais comme si de rien n’était, seul mon regard était plus froid que d’accoutumée. Je le détaillais quelques secondes, jaugeant son humeur (similaire à la mienne, de ce que je voyais), avant d’ouvrir la porte en grand et de m’engouffrer dans les escaliers menant aux souterrains.

Pas de lumière, et puisque lesdits souterrains étaient occupés, et pas par des amis, j’aimais autant ne pas appuyer sur tous les interrupteurs que je trouverai. J’ouvris la main et une fireball de la taille d’une balle de tennis flotta devant Shayne et moi, nous éclairant juste assez pour qu’on puisse voir où l’on va. Pas de briquet sortit : grâce à Nox, je n’en avais pas besoin.
« En résumé, on dégomme ce qui bouge et on revient annoncer ça au dirlo, c’est bien ça ? » Je meublais, histoire de me montrer cordiale. « Shouldn’t be that hard. » J’avais envie de lui casser la figure, et je me répétais inlassablement qu’il n’était pas là pour ça pour éviter tout débordement de ma part. J’étais d’ailleurs assez fière de moi, trouvant mon comportement assez similaire à ce que j’étais quotidiennement.

L’escalier, à moi qui suis d’une nature particulièrement impatiente, me parut interminable, mais finit par s’arrêter. Devant nous, une intersection. Je me tournais, un sourire ironique aux lèvres, vers Shayne. « Tu en dis quoi ? » J’étais polie à l’extrême. Ne pas le trucider, on est alliés, pas ennemis. Et même que je suivrais la direction qu’il choisirait de prendre, pour montrer ma bonne foi. Nox choisit ce moment pour faire un 360° avec sa tête et regarder fixement mon collègue. De quoi se demander à quel point elle était intelligente, celle-là…




© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 625
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 791
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Jeu 20 Mar - 20:52

Mission aux sous sols des rancoeurs
«Le divorce est le sacrement de l'adultère.»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Shae Swann. Fidèle à elle même. Arrivée excentrique -avec même un piaf sur l'épaule-, toujours boudeuse ; un peu comme moi d'ailleurs. Nous n'échangeâmes pas d'autres mots et nous engageâmes directement dans le tunnel, je misais sur le fait que casser la gueule des taupes ouvrirait le dialogue tout seul de toute façon. Je marchais donc à côté d'elle, en suivant la fireball qu'elle avait crée pour nous éclairer. En tant normal, le silence m'aurait parfaitement convenu, mais là, je dois admettre qu'il avait quelque chose de gênant. Je suppose que la lutine devait aussi avoir cette impression puisqu'elle tenta un début de conversation ; étonnant quand on commence à connaître le personnage.

_En gros, ouais. Mais la mission étant classée B, on va éviter de se séparer, au cas où.


En réalité, je pensais que je pouvais parfaitement faire cette mission seule (et elle aussi d'ailleurs), mais le but second étant tout de même de mettre les choses aux claires, rester en duo était la meilleure des choses à faire. Une fois arrivé en bas des escaliers, et puisqu'elle m'avait laisser les choix, je m'engageais vers le passage à droite. Puis nous marchâmes encore et encore, éclairés uniquement par la lutine. Finalement, attendre que quelque chose à défoncer sorte pour entamer une conversation allait être trop long.

_Alors, ce hibou ? Il sort d'où ? C'est le prochain membre de pande' ?


Si je ne laissais rien paraître, intérieurement, j'avais envie de m'arracher ma propre peau ; depuis quand je faisais la conversation, moi ? En sortant la carte de l'humour ? Je la voyais déjà arriver avec ses remarques agaçantes "comique en plus d'être diva ?" ou autre. C'était débile. Toute cette mascarade de prétexte pour se parler était débile : Plus qu'une alliée, je la considérais comme une véritable camarade de jeu, à qui j'aurais pu confier mes arrières sans hésiter. J'arrêtais donc le pas, puis m'adossais au mur.

_Bon. On peut continuer ce petit jeu longtemps, mais je crois qu'on va finir par juste s'étrangler. Je te reproche de démarrer au quart de tour, de ne même pas me laisser toucher à tes jouets, et de ne pas m'avoir spammé depuis qu'Ichi m'a fait visité sa tête. A toi.


Certes, c'était on ne peut plus direct, et si elle n'était pas aussi calme que moi, ça allait probablement dérailler. Et pourtant, je la fixais sans bouger avec mon regard de glace, sans même me préparer à parer le moindre excès de violence de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Ven 21 Mar - 22:52



Mission aux sous-sols des rancoeurs

ft. Shayne O’Reily


Il choisit donc à droite. Bien, nous n’allions pas questionner le choix, puisque je le lui avais laissé. De toute façon il n’y avait pas grand-chose à dire, comme en témoignait le silence qui régnait, brisé seulement par le bruit de nos pas. Ne pas être loquace faisait partie des caractéristiques de mon compagnon de route, aussi je ne m’interrogeais pas plus que d’habitude sur les raisons d’un tel silence… Et puis je ne vais pas vous mentir, le son de sa voix aurai eu le don de m’énerver et probablement de me faire perdre le contrôle de mes nerfs – contrôle que je maintenais merveilleusement bien, tant que je faisais abstraction de la présence du pique.

Quoi que, le temps commençait à se faire long, là, et ce silence oppressant. Ce fut sans doute ce qui poussa Shayne à m’adresser la parole, parce que de ce que j’avais vu, il était aussi ravi d’être en ma compagnie que moi d’être en la sienne. Mais niveau intervention, il m’avait habituée à un niveau bien supérieur. Sérieusement ? Je pouvais concevoir que la présence de Nox sur mon épaule le surprenne, mais de là à faire de l’humour ? Non, ça, ça n’était pas… Shaynesque. Je ne lui accordais pas un regard, me contentant de répondre d’un ton venimeux. « C’est mon hibou. » Je n’estimais pas qu’il y ait besoin de plus d’explications, mais ça n’allait certainement pas lui suffire. « Pas de quoi en faire un membre, peut-être une mascotte ? » J’insufflais assez de sarcasme dans cette dernière question pour que même un idiot comme lui sache qu’il n’était pas loin de la limite.

Enfin, idiot. Non, il ne l’était pas, c’était indéniable. Je ne serai pas autant en colère contre lui, sinon. C’était cette petite comédie à laquelle nous jouions qui était idiote. Faire la conversation comme des plébéiens… Tsht. A continuer comme ça, nous allions finir par nous étriper nous-mêmes, facilitant le travail des taupes qui n’auraient plus qu’à s’installer avec du pop-corn.
Je ne m’arrêtais que parce que le bruit de ses pas s’était arrêté. Et IceMan commença un petit monologue, avec ce calme glacial qui le définissait. J’étais trop énervée pour m’adosser face à lui ; je marchais en demi-cercle autour du pique, comme un félin tourne en rond dans sa cage. C’était un peu ça, en fait. Quelque chose n’allait pas depuis ces 3 derniers jours, et je me sentais piégée. Je ne daignais pas lui adresser ne serait-ce qu’un coup d’œil, bien qu’un hochement de tête approbateur alla ponctuer la première partie de sa phrase. Un sourire s’y ajouta quand il me reprocha de démarrer au quart de tour – c’était ma marque de fabrique, ha ! Il disparut quand il passa au fait que je ne le laisse pas toucher à mes jouets, mais je n’eus pas le temps de réagir car il me reprochait maintenant de ne pas l’avoir spammé…

Non, mais sérieusement ? Une fois la seconde de surprise passée, j’éclatais de rire. C’était ça, la raison pour laquelle il se sentait obligé de faire des blagues ? « Non mais si j’avais su que t’aimais autant que je te parle, je me la serai fermée bien avant ! » Ma crise d’hilarité fut brève cependant. Mon tour ?
Mon tour. « Ce que je te reproche ? » J’affichais un sourire des plus sarcastiques en plantant mon regard dans le sien. C’était le feu contre la glace. « T’es incapable d’écouter qui que ce soit d’autre que toi-même. Tu peux pas t’empêcher d’aller essayer de casser mes jouets. » Je m’étais rapprochée de lui en même temps que je parlais, et nous n’étions plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. « Et je sais jamais ce que tu penses réellement tellement tu te la joues iceberg. » ajoutais-je finalement en le fusillant du regard.

S’il n’y avait que ça ! Je lui en voulais encore pour s’être énervé après qu’Ichiyo lui ai fait une démonstration de son Trou Noir. Je lui en voulais pour m’avoir royalement ignorée après ça et avoir préféré s’adresser à Ichiyo. Mais pire que tout ça et je ne pouvais absolument pas mentionner ça devant Shayne, j’avais cette question que mon larbin m’avait posé dans la tête qui me posait problème. « J’imagine que si on touchait à lui, tu serais énervée aussi, non ? Donc c’est pas le tien dans ta tête ? » Car non effectivement, et ça avait saigné mon ego de me le dire, ça m’agacerait qu’on abime Shayne – en tout cas, que quelqu’un d’autre que moi l’abime – et dans le même temps, je ne le voyais pas comme étant ma chose. C’était… un camarade de jeu, dirons-nous. Depuis qu’il m’avait approchée pour rejoindre Pandemonium, j’avais appris à le considérer comme un égal, à le respecter et même si je n’irai jamais jusqu’à mettre ma vie entre ses mains, l’avoir pour assurer mes arrières ne m’aurai pas posé problème jusqu’à maintenant.

En bref, du coup, je restais là, poings serrés devant lui, à pincer les lèvres parce qu’il était hors de question que je lui balance tout ce qui m’avait traversé la tête ces derniers temps –merci Ichiyo, vraiment, même sans être allée dans le Trou Noir j’en subissais les effets.
Non et puis sérieusement, il me reprochait de ne pas l’avoir spammé ? Lui qui passait son temps à se plaindre que je parle trop ? « Your turn. » sifflais-je entre mes dents.


© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




Hors RP:
 

______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 625
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 791
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Dim 23 Mar - 8:55

Mission aux sous sols des rancoeurs
«Le divorce est le sacrement de l'adultère.»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Ok, donc, l'humour c'était définitivement une carte à supprimer ; de toute façon ça ne me ressemblait pas. Re-devenons donc nous même. Elle s'arrêta elle aussi avant de se mettre à tourner en demis cercles devant moi ; de quoi me donner mal à la tête. Son rire aussi allait me donner mal à la tête, il me fit d'ailleurs tirer une grimace. Enfin bref, elle se décida enfin à me regarder, un bon début. Moi, incapable d'écouter quelqu'un d'autre que moi-même ? Mauvais début de reproche. Depuis que je trainais avec elle, j'estimais avoir fait des progrès de sociabilité assez énormes, et la considérant comme mon égale, j'étais bien obligé d'un minimum l'écouter. En ce qui concerne ses jouets par contre, je plaide coupable ; c'était mon petit côté chieur ça, elle avait qu'à être moins égoïste et moins boudeuse. Eh, lutine, zen, tu lis pas dans mes pensées, ça sert à rien de te la jouer comme ça en te rapprochant. Tout en écoutant son dernier reproche, je poussais un petit soupire amuser tout en portant mon doigt à son front pour la reculer gentiment. Savoir ce que je pense ? Qui le voudrait ? Ou bien la demoiselle était sacrément frappée, ou bien elle était à court de reproche et inventait n'importe quoi pour se donner raison.

_...

Attendez, vous avez entendu ? Un petit bruit, comme un pas qui tenterait de se faire discret. A ce moment là, je fixais Shae, sans aucune marque d'ironie. Je ne sais pas si elle l'avait entendu, mais quelqu'un était dans le coin, nous observait sûrement, probablement attiré par le bruit que causait notre petite scène de ménage. Ne casse pas tout, continue comme si de rien n'était hurlais-je mentalement, comme si elle pouvait m'entendre. Puis tout en continuant notre discussion, je portais ma main à mon contrôleur de puissance. Pas de variations de températures pourtant, juste quelques craquement de glaces que je couvrais avec ma voix.

_Je me la joue "iceberg" ? A ce moment là, je rapprochais mon visage du sien, de sorte à ce qu'elle, qui me connaissait, comprenne que quelque chose n'allait pas. Alors c'est le moment pour que tu apprennes à deviner ce que je pense. Bon, niveau message discret, je pouvais pas faire mieux. Je repris alors le vrai fil de notre conversation. Puis attends, tu me reproches vraiment d'être moi, ou t'es juste à court d'idée ? Parce que quand on s'était mis d'accord sur notre alliance, j'crois pas te l'avoir joué autrement, et ça avait pas eu l'air de spécialement te souler... Ou alors t'es trop fière pour admettre ce qui te fais vraiment chier ?

Bon, d'accord, c'est vrai qu'en plus de me servir de cette discussion comme diversion pour ce qui se rapprochait de nous, je la titillais un peu ; c'est que ces histoires commençaient à me taper sur les nerfs. J'avais appris à l'apprécier comme camarade de jeu, c'était pas pour me retrouver seul. Alors plus vite on tirerait les choses aux clairs, plus vite on pourrait passer à autre chose.

En attendant, les petits craquements de glaces continuaient. Un bloc de glace commençait à sculpter une silhouette, à l'extrémité de la zone de lumière que faisait Shae, vers la suite du tunnel dans le coin du plafond haut de cinq bons mètres, assez pour que ce bloc ne se fasse pas remarquer à moins de vraiment lever la tête donc. Je continuais donc d'essayer de garder le regard de la lutine sur moi pour ne pas qu'elle nous trahisse en regardant ce qu'il se passait ; si l'on était observé, le petit numéro que je préparais serait remarqué immédiatement. Rester naturel, attendre que celui ou ceux qui nous observai(en)t prenne(nt) confiance et s'approche(nt) vraiment puis les attaquer par surprise. C'est ce qu'il fallait. Maîtrise toi, Lutine.



Dernière édition par Shayne O'Reily le Jeu 27 Mar - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Dim 23 Mar - 17:16



Mission aux sous-sols des rancoeurs

ft. Shayne O’Reily


Wait wait wait. Il venait de faire quoi là ? ON TOUCHE PAS A MA COURONNE. Je répétais le geste de l’autre jour, assénant une claque violente sur son poignet. Nox allait se percher sur une poutre au-dessus de nous avec un hululement outré en même temps que je lâchais un grognement de fureur. Mais c’était son tour, alors je ne disais rien, absolument rien.
Il eut l’air sur le point de se mettre à parler quand un bruit se fit entendre. J’assumais que c’était Nox qui avait fait craquer sa poutre et n’y prêta pas plus ample attention, toute concentrée que j’étais sur notre petite scène de ménage. Mes yeux étaient rivés sur les siens, prêts à capter l’étincelle qui ferait exploser la bombe.

C’est alors qu’il porta la main à son contrôleur de puissance. Vraiment ? Il voulait déjà qu’on en vienne aux mains ? J’aurai bien aimé user de ma puissance vocale avant, mais pourquoi pas. Je restais figée, attendant de voir ce qu’il me préparait… Pour constater qu’il ne faisait que se pencher vers moi. Eh pépé, fais gaffe à ton dos à te baisser comme ça ! Rien d’autre ne se passa. Ou alors…
Ouais, définitivement, il y avait quelque chose de pas très net. Parce que jamais, jamais Shayne ne se donnerait la peine de descendre à ma hauteur. Et puis, il était temps que j’apprenne à savoir ce qu’il pense ? Pas de reproche ? Non, ça ne collait pas. Mes lèvres formèrent un « o » parfait quand je compris. Nous étions observés, le bruit de tout à l’heure ne venait pas de Nox. Aussi vite disparue qu’arrivée, ma mimique de surprise fut reprise par une autre plus furibonde.

J’émis un léger sifflement, et Nox vint se reposer sur mon épaule. Aussitôt une nouvelle fireball apparut dans mon poing fermé. J’étais prête. Quoi qu’il puisse nous tomber dessus, ils seraient accueillis… chaleureusement. Et ainsi, j’avais l’air de juste perdre le contrôle de mes nerfs face au pique.
Ce qui était aussi le cas, par ailleurs. Il avait repris le fil de la conversation – traduction : ne bouge pas, j’ai un plan – et profitait de son tour pour m’en remettre une couche sur la gueule. Et par conséquent, continuer à me maîtriser quand il sortait des trucs pareils allait être compliqué. Le pire étant qu’il avait touché juste : j’étais trop fière pour admettre certaines choses devant lui. Je grinçais des dents avant de lui répondre, le volume sonore montant crescendo. « C’est une blague ? Tu viens me balancer ça alors que tu me sortais y’a deux secondes que tu m’en voulais de pas t’avoir spammé et c’est MOI qui est à court de trucs à reprocher ? Non parce que je te signale que t’es le premier à avoir demandé que je te spamme pas ! »

La taille de la fireball qui flottait entre nous deux augmenta, réagissant avec mes émotions négatives. Je dégageais Nox d’un mouvement d’épaule : non seulement la garder près de moi pendant que je m’engueulais avec Shayne était dangereux pour le maintien de notre alliance, mais l’oiseau étant nyctalope, il pouvait partir vadrouiller dans la galerie, sa couleur sombre lui assurant de ne pas être repérée. Ah, ce piaf ! Il ne lui manquait que la parole. Heureusement, elle ne manquait pas d’intelligence, et saurait signaler la présence d’intrus.
Bon, pour moi, ça craignait : si un gros truc nous tombait dessus, je n’avais comme source que mes deux fireballs et un briquet que j’avais glissé dans ma poche en partant. Je reculais d’un pas, comme pour mieux observer mon collègue. Je n’avais pas d’autre choix que de compter sur lui et ce qu’il avait prévu ; en attendant, il allait falloir que je garde un certain volume sonore pour couvrir les légers craquements que je pouvais entendre et qui, je le devinais maintenant, étaient attribuables à Shayne. Je repris donc, d’une voix aussi forte que tout à l’heure. Et allait en profiter pour lui titiller le nerf aussi, puisque lui ne se gênait pas. « En plus t’abuses pas mal, tu te permets de venir me reprocher des trucs auxquels tu savais PARFAITEMENT que t’allais te retrouver confrontés et ensuite tu m’engueules parce que soit-disant je te reproche d’être toi ? Parce qu’il me semble que t’étais au courant de ce que t’as si gentiment listé tout à l’heure, non ? C’était marqué dans mon dossier, tu sais, celui que t’as volé chez le dirlo pour récupérer mon numéro, ça te dit quelque chose ? »

Plus loin dans le couloir, un long hululement se fit entendre. La chose qui se rapprochait n’était pas seule. Le regard que je posais sur Shayne se fit plus intense. Pète pas un câble et foire pas ton coup. J’étais, en quelque sorte, à sa merci. Tiens, ça aussi je pouvais lui reprocher, maintenant que j’y pensais.


© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 625
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 791
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Jeu 27 Mar - 19:51

Mission aux sous sols des rancoeurs
«Le divorce est le sacrement de l'adultère.»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Au moins, on commençait à se comprendre. Son piaf la rejoint en même temps que des boules de feu apparurent dans ses poings -je devinais donc une influence du piaf sur la lutine-. En tout cas, elle avait compris, ce qui vous l'admettrez, était assez exceptionnel si l'on tien compte du fait que trois jours avant, on voulait juste s'étriper. Enfin, elle avait aussi remarqué que j'en profitais pas mal pour lui dire ce que je pensais. Entre réalité et spectacle, elle me répondit donc. Je notais que la taille de ses boules (de feu) commençait à devenir dangereuse, mais je ne baissais pas le regard : Je lui faisais confiance. Et même si je savais l'état d'énervement dans lequel je la mettais, je n'étais pas décidé à arrêter cette scène de ménage ; pour le bien de notre collaboration, je jugeais qu'il ne devait pas y avoir de retenu entre nous : Il fallait que l'on puisse tout se dire, communiquer en parfaite symbiose sur n'importe quoi tout en retirant cette envie de massacrer l'autre. De mon côté, motivé par Pande' et par l'envie de garder cette camarade de jeu, je commençais à y arriver, je crois. Peut être qu'elle aussi, puisqu'elle balayer son piaf, ce qui eut apparemment un impact sur ses fireball. Pas le choix, il allait falloir que je gère du coup.

Au dessus d'ailleurs, la silhouette de glace commençait à réellement prendre forme ; on pouvait commencer à distinguer mes traits -Un égocentrique comme moi, vous ne pensiez tout de même pas que j'allais faire une sculpture à l'effigie de quelqu'un d'autre quand même ?-. Il allait tout de même falloir faire durer cette petite scène un moment ; Je réalisais ce clone de glace en aveugle, a distance, et sans pouvoir me concentrer à 100% puisqu'il fallait garder ce théâtre réaliste pour nos spectateurs : cela me demandait donc pas mal d'énergie (quoi que j'en avais a revendre). Shae continuait donc de jouer seule, en couvrant le petit bruit que je faisais. J'écoutais tout de même d'une oreille ce qu'elle me disais, puisque ne l'oublions pas, nous étions en thérapie.

Ohoh, c'est qu'elle allait m'en vouloir de m'être intéressé à elle maintenant ?

_Oh, tu vas te plaindre de ça maintenant ? T'es la première que j'ai contacté pour Pandemonium, ton égo devrait en être ravie au lieu de se plaindre.

J'aurais bien continué sur une série de reproches (plutôt inventés, car je commençais à être à court) mais l'cri de son piaf retentit, annonçant donc l'approches de nos futurs victimes. Seulement voilà, mon clone n'était pas tout a fait prêt, et la lutine apparemment pas disposée à répondre directement à une attaque. Je comptais quand même sur elle.

Tout en redoublant de concentration et d'énergie, j'accélérais la sculpture, lui faisant certes faire davantage de bruit, mais le couvrant avec ma voix.

_Je crois qu'on s'est mal compris au final, commençais je en la fixant. Elle allait devoir me faire confiance, jusqu'à ce que je lui donne le relais, et ne pas réagir d'ici là. C'est moi qui suit à la tête de notre entreprise. Je t'ai contacté pour une offre, pas par nécessité de toi. En disant ça, je m'approchais d'elle, mais en la dominant de mon mètre quatre-vingt. Si tu n'es pas contente, et bien sache que je n'ai pas besoin de toi. Un petit filet de sang coula de mon nez, mais mon clone était presque prêt. Alors si tu veux partir... J'attrapais alors brutalement son col d'une main, la suspendit jusqu'à mon niveau puis serrait le poing, près à lui en coller une. Je vais m'occuper d'd'éteindre tes lumières

Cette dernière phrase, de tout ce que j'avais dit, c'était la seule chose qu'elle devait retenir, le reste étant du charabia pour couvrir mon clone. Au même moment ou je finissais de parler, une explosion se fit entendre, suivit d'un vive laser rouge qui fusa vers nous. Rapidement, je redescendis légèrement Shae pour prendre de l'élan, puis la propulsait violement dans les airs, sans la quitter du regard, l'air de dire "A toi de jouer". Avant qu'elle ne commence à retomber, une main gelée l'attrapa par le col, puis la remonta sur les poutres du plafond : J'avais mis du temps, mais mon clone était finalement prêt.

En bas, le large laser (un bon mètre de diamètre) arrivait à mon niveau, illuminant d'une lumière rougeâtre les alentours, et probablement cachant la vue de ceux qui venaient de le lancer. Mon clone eut tout juste le temps de se laisse tomber des poutres. Je l'attrapais rapidement puis m'en servait comme bouclier humain (puisqu'à mon stade de puissance, il ne servait qu'à cela). A l'impact du laser sur ce bouclier humain, je fus projeter au sol. Ce rayon était brûlant, et malgré mon clone en guise de bouclier, j'eux quelques éclats de ce rayon qui me brulèrent la peau, notamment à la main. Mais je ne devais pas le lâcher, et l'alimentait continuellement en glace pour tenir jusqu'à la fin de ce laser brûlant. Après dix bonnes secondes interminables et remplies de bruit de craquement de glace, il cessa enfin. Je repoussais mon clone sur le côté pour le regarder, et pousser un petit rire. Ca faisait toujours un petit quelque chose de se voir complètement détruit (et dire que j'y avais consacré du temps, à ce clone). En tout cas, j'avais pu couvrir la sortie de la lutine, et jetait d'ailleurs un coup d'œil à cette dernière, perchée sur les poutres au plafond. Elle allait pouvoir profiter de l'effet de surprise que je lui offrais, c'était donc à elle de jouer le temps que je récupère l'énergie que j'avais consacrer à mon bouclier, bien que j'allais encore faire un peu l'appât : Plus loin, à environ une vingtaine de mètres, s'approchait un groupe, éclairé faiblement par une lumière rouge ; probablement celle de l'utilisateur de laser.
A toi de jouer, Lutine


Dernière édition par Shayne O'Reily le Mer 16 Avr - 12:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Ven 28 Mar - 21:59



Mission au sous-sol des rancoeurs

ft. Shayne O’Reily


Ha ! J’aurai dût quitter cette académie et me lancer dans la comédie. Non mais sérieux, c’était un joli spectacle que nous offrions aux intrus dans les sous-terrains. Mon monologue fini, je lui laissais la parole, car j’en avais déjà balancé pas mal et je commençais à être à court d’arguments – même si une part de moi pensait tout ce que je lui disais.
Ceci dit les enfants, on n’ va pas se mentir, si O’Reily partait dans un débat sur mon égo, ça n’allait pas le faire parce qu’il était quand même le moins bien placé pour faire des leçons sur le sujet.


Ouh, parlant de ça, peut-être que lui rappeler que c’était lui qui avait commencé à me courir après était une mauvaise idée ? J’aimais pas du tout la direction que ça prenait, là. Je n’aimais pas tellement non plus qu’on me regarde d’aussi haut, mais je me contentais de le mépriser du regard – autant que possible vu qu’il était 30 centimètres au-dessus de moi. Après tout, il avait un plan, n’est-ce pas ?
WHAT WHAT WHAT, bas les pattes !! Bon, voir le monde d’une hauteur d’un mètre quatre-vingt n’était pas totalement déplaisant pour une fois hein, là n’est pas la question, mais juste euh… Sans une main autour de la gorge ? Je ne prêtais même plus attention à ce qu’il disait, je m’apprêtais simplement à lui balancer autant de coup de pieds que je le pouvais jusqu’à ce qu’il me lâche quand je compris que cette partie-là du drama faisait également partie de son plan. « Eteindre mes lumières » ? Je n’aimais pas du tout ça, mais ce n’était pas comme si j’avais le choix, n’est-ce pas ? Après tout, j’étais un peu coincée dans cette position totalement inconfortable et…

GWAAAAAH. Bon, comme ça, même si j’avais pas éteint les fireballs de suite, la surprise me les aurait fait faire disparaitre. Grandiose. J’étais maintenant dans le noir complet, avec un truc complètement gelé qui me tenait par la bretelle de débardeur, qui me déposait maintenant sans grande délicatesse sur ce que je devinais être les poutres. Hah. C’était donc ça, les craquements que Shayne faisait. Mi-amusée et mi-énervée par ce qu’il avait mijoté, je me trouvais une position plus stable. Le machin de glace sauta lui de la poutre pour rejoindre Shayne, me laissant toute seule dans une position un peu inconfortable, accroupie au-dessus de tout le monde. Heureusement que t’as mis un short aujourd’hui ma fille.

Bah, je pouvais largement m’en tirer. Je ne savais pas trop ce qu’il se passait en bas, il y avait juste des lumières rouges qui illuminaient vaguement les parois. Bon, il n’y avait plus qu’à espérer que Shayne puisse se débrouiller sans moi quelques minutes ; de mon côté, il fallait que je récupère Nox, sinon, je n’allais pas servir à grand-chose. Mais le pique m’avait donné l’avantage de la surprise, je n’allais tout de même pas le gâcher tout de suite en sifflant mon piaf, si ?
Non, définitivement non ; j’allais devoir trouver un moyen d’évoluer en hauteur sans me faire repérer. J’observais les poutres, sachant que je n’avais pas non plus tout mon temps ; heureusement, j’étais particulièrement légère. Me déplacer provoquerait quelques grincements, mais ça, si Shayne se battait en bas, personne ne l’entendrait. Pendant que son machin glacé se faisait démolir, j’entamais donc un parcours assez risqué, sautant de poutre en poutre ; je n’étais éclairée que par la lumière que faisait le laser et sans être une tapette, je n’étais pas sûre de mon coup.

Je ne pense pas avoir mérité autant mon titre de Lutine dans un moment autre que celui-là : si quelqu’un se donnait la peine de lever la tête, il ne verrait qu’une espèce de petite personne mal coiffée en train de sautiller au niveau du plafond. Je progressais ainsi, récupérant Nox en chemin, l’oiseau voletant à côté de moi. Mon but était de dépasser le groupe qui arrivait pour les prendre à revers ; sachant qu’évoluer en hauteur allait être dangereux et que Shayne ne tiendrait pas non plus pendant des heures.

Woups ! J’avais à peine avancé de quelques bonds que la poutre sur laquelle j’avais atterrit émit un craquement menaçant ; je sautais de suite sur la suivante et décidais d’y rester jusqu’à nouvel ordre.
Bon. Changement de plan donc : rester là où j’étais, les laisser venir et les bombarder quand ils seraient à mon niveau. Nox revint se poser sur mon épaule, et je restais là, tapie dans l’ombre, immobile comme une statue de peur de faire du bruit et donc de me faire repérer ; les mineurs, eux, étaient visibles maintenant qu’il y avait cette lumière rouge à leur tête et je pouvais donc garder un œil sur leur progression.

Dès que je les estimais assez près, j’ouvris le feu. Littéralement. Le bonhomme de tête, celui qui tenait le laser rouge, se prit ma première fireball droit dans le tronc ; j’éclatais de rire en entendant les exclamations surprises du reste du groupe, mais ne restais pas statique et surtout, laissais ‘les lumières éteintes’, pour reprendre les termes d’Iceman. D’autres fireballs se mirent à pleuvoir au hasard sur les mineurs désemparés en même temps que je sautais de poutre en poutre ; malheureusement pour nous, les plus vifs d’esprit se reprenaient déjà et l’un deux s’empara du machin à laser pour le pointer vers le plafond.

Ow shit. Tant pis pour mon avantage, je préférais sauver ma peau. J’inspirais un bon coup, et à quelques millièmes de seconde près, esquivait le laser en sautant dans le vide. J’atterris au milieu de la mêlée. Mon cher petit Shayne, si tu veux venir donner un coup de main, c’est maintenant ou jamais, pensais-je en me demandant si mes chevilles et genoux allaient jamais se remettre du choc.


© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'



______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 625
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 791
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Mer 9 Avr - 12:04

Mission aux sous sols des rancoeurs
«Le divorce est le sacrement de l'adultère.»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Un vrai petit singe, cette lutine. Histoire de la couvrir, je me relevais vite fait, l'air d'être prêt à les recevoir. Ils n'avaient pas dû remarquer l'absence de Shae ; le clone était tellement défiguré par le laser que de loin, ils devaient le prendre pour un restant de ma précieuse alliée. Lorsque je vis Shae prête à ouvrir le feu, je leur fis signe de se stopper, ce qu'ils firent probablement par surprise. Je ramassais alors mon clone pour leur montrer, et là, pouvant le détailler un peu mieux, ils comprirent. Seulement, trop tard. Sur le groupe de six, un fut alors mis au sol. La lutine se jeta ensuite dans la mêlée ; un peu trop tôt à mon goût. En effet, je n'avais pas encore assez récupérer pour faire une grosse attaque. Enfin, un combat au corps à corps allaient au moins les empêcher d'utiliser leur laser si destructeur, puisqu'ils risqueraient fortement de se blesser entre eux(voir désintégrer, étant donné la puissance de l'arme).

Ne pouvant vraiment utiliser mes pouvoirs, je rafistolais légèrement mon clone en quelques secondes puis chargeait le groupe en me servant de mon second moi comme bélier. Arrivé au niveau de ce peuple, je pus les détailler : Environ la vingtaine d'année pour chacun ; s'ils étaient à Rakishou, ils n'étaient donc pas à prendre à la légère puisque universitaires qui se baladent dans des lieux interdits. Ils étaient tous armés : Le plus proche de moi, celui que j'allais chargé, ne semblait pas bien épais mais laissais reposer une hache sur son épaule. A sa droite, un type bien plus imposant, avec un marteau tout à son image. Derrière eux deux, un type un peu plus neutre ; il était plus proche de Shae, et possédait deux pistolets. Le quatrième était derrière Shae et avait une allure plutôt de faiblard, quoi que le fouet qu'il faisait claquer à tout va dans le vide près de la lutine tendait à dire le contraire. Pour finir, le dernier avait ramasser le laser, précédemment ramassé par l'autre type ; Il n'avait cependant pas d'autres armes (apparentes en tout cas) ; je concluais donc qu'il devait être ou bien de catégorie arme, ou bien magique.

Bref chargeais donc cet amas de personnes. La hache du premier décrit fusa vers moi, que j'évitais sans trop de problème. Mon clone y laissa tout de même sa tête, qui vola alors suite au puissant coup. Rapidement, je jetais le restant de mon clone dans les bras du hacheur puis attrapais ma tête au vol et lui éclatais un peu comme un vase sur sa tête. Un peu de sang coula sur ma main à cause de la glace qui m'avait un peu ouvert, mais le type s'effondra. Plus que quatre. Je n'eux alors pas le temps d'éviter le coup de marteau de l'autre brute qui me fit immédiatement décoller du sol pour finir écraser contre le mur ; mon épaule m'arracha d'ailleurs un petit gémissement, et le craquement que je ressentis me fit immédiatement comprendre que finalement, le corps à corps allait être une mauvaise idée. Le type au pistolet s'éloigna alors de la lutine, la laissant donc avec celui au fouet et l'autre au laser. Il se mit à genoux devant moi, puis calla un de ses deux pistolets sous ma gorge, tandis que le type qui venait de me détruire l'épaule jetait un coup d'œil aux deux que Shae et moi venions de mettre au sol. En parlant de cette dernière, devinant la posture peu avantageuse dans laquelle j'étais, elle fit une petite diversion en attrapant le fouet d'un des étudiants puis tirait violement dessus afin de le faire tomber puis lui balança un coup de genoux directement dans le pif.

Ce fut bref, mais le type qui me menaçait avec ses pistolets tourna la tête. De mon bras pas endommagé, je balayais alors rapidement l'arme de sous ma gorge, puis donnait un coup de tête au type, qui recula un tout petit peu. Ce coup de tête, compte tenu de mon épaule, m'arracha un autre petit gémissement ; je décidais alors qu'il était tant de mettre fin à ce petit jeu, et puisque personne d'autre que ces six là n'étaient présents pour nous voir, je jugeais que c'était enfin le bon moment pour montrer à la Lutine ce que je valais vraiment en terme de force. Celle-ci allait probablement me faire passer un sale quart d'heure après cette mission pour lui avoir donner tant de petit ordres, n'empêche que je lui fis un signe de la tête de se reculer.
Je retirais alors mon contrôleur de puissance.

Cela faisait longtemps, tien, que je ne l'avais pas enlevé. Je sentis mes oreilles se changer en pointes et toutes ces autres petites caractéristiques de ma race. Je tendais alors mes mains vers le sol, ce qui le fit plutôt rapidement transformé en patinoire -j'espérais que Shae, connaissant vaguement mes pouvoirs, ferait attention dans ses déplacements à ce nouveau terrain de jeu-. L'étudiant au pistolet fit alors feu vers moi. Serrant les dents pour mon épaule, je pris appuis sur le mur puis me laissait glissé sur le sol gelé afin de partir dans la direction opposé de Shae tout en jetant de nombreux pics de glace afin de les garder occuper sur moi.

Après avoir glissé sur cinq bons mètres, je me redressais pour me mettre accroupi, les mains au sol, puis jetais un regard dans la direction de ma chère collègue. Tu m'en veux toujours ? Bien. Alors c'est feu contre glace, maintenant.

Des pics tranchant de glaces sortirent alors du sol entre le groupe d'étudiant et moi, en direction de ces derniers afin de leur barrer le chemin. Si Shae m'avait comprit, alors je me tenais prêt à éviter les flammes qui passeraient sûrement ; sinon, elle allait sérieusement devoir réagir puisque nous n'étions, moi et mon épaule cassée, qu'à cinq mètres de malades se battant au corps à corps ; et ma barrière de glace ne les retiendrait probablement pas longtemps pour venir me botter le cul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Ven 11 Avr - 18:58




Mission aux sous-sols des rancoeurs

feat : Shayne O’Reily
WE LET OUR BATTLES CHOOSE US
J’avais perdu mon avantage le plus précieux et la perspective de passer au corps à corps, si elle ne m’effrayait pas, ne m’enchantait pas pour autant. Je n’avais réussi qu’à en toucher un, le reste de mes attaques n’ayant servi qu’à les déstabiliser le temps que Shayne se remette un peu. Cela nous laissait à deux contre cinq, et tous paraissaient plus vieux que nous, et au vu de leurs armes, bien plus avantagés par un corps à corps. En résumé : deux vikings, death the kid, indiana jones et le mec au laser.

Je me laissais malheureusement prendre par la distraction qu’offraient Shayne et son clone de glace en assommant le mec à la hache ; ce fut la balle qui frôla ma joue, y laissant une trace rougeâtre, qui me replongea dans l’action. J’envoyais un coup de pied au niveau du poignet du tireur, et il lâcha une de ses armes, qui tomba hors de sa portée. Dans le même temps cependant, le fouet d’Indiana Jones (surnom officiel de l’étudiant en question) s’enroula autour de mon bras comme un serpent, m’attirant vers lui et me faisant perdre l’équilibre. Je me rétamais comme une merde, mon crâne se cognant violement contre le sol ; mon bras me faisait un mal de chien, et je devinais que quelque chose était tordu, en plus des bleus qui allaient marbrer ma peau. Je vis flou pendant quelques secondes, assez pour voir le mec au flingue se pencher sur moi avec un sourire qui ne présageait rien de bon pour ma poire.

A ce moment-là, on entendit le bruit d’un autre choc, suivit par un grognement de douleur ; les murs tremblèrent légèrement, de la poussière tomba du plafond. Le tireur s’éloigna de moi, me laissant seule avec le fouetteur et celui avec le laser, qu’il avait laissé choir au sol, conscient qu’en combat rapproché, l’arme n’était qu’un fardeau. Je me relevais tant bien que mal, titubant un peu. Je jetais un œil par-dessus mon épaule afin de constater que le pique était en pire posture que moi, flingue sous la gorge. Dans un cri où se mêlait rage et douleur, j’attrapais la lanière du fouet au vol – l’arme avait laissé des traces sanguinolentes sur mes paumes – et tirai de toutes mes forces dessus pour attirer l’étudiant vers moi, et sans réprimer un sourire sadique et puant la satisfaction, lui envoyait mon genou à la figure avec toute la force de frappe dont j’étais capable. Un de moins. Assommé sur le coup et son nez pissant le sang, celui-ci ne se relèverait pas de sitôt.


Le bruit avait fait se retourner les élèves qui tenaient Shayne en respect et j’adressais un clin d’œil aux deux, bien qu’il soit en réalité adressé à mon collègue. Mais de rien, honey. Je ramassais le fouet de mon adversaire précédent pour faire face au suivant, qui lui était encore sous le choc de la scène qui venait de se passer. Derrière moi, des bruits de coups retentirent et je me surpris à espérer qu’ils étaient bien distribués par Shayne et pas l’inverse. Apparemment, ce n’était pas très joli à voir, car mon adversaire gardait ses yeux rivés derrière moi et, prête à engueuler le pique pour distraire ma cible, je me retournais pour constater par moi-même.

Il avait fait reculer le tireur et me faisait signe de reculer à mon tour. Perplexe, je m’exécutais à contrecœur, obligée de lui faire confiance encore une fois. Ceci dit je compris vite et apprécia le geste : en tant que Hukai, quand j’enlevais mon contrôleur de puissance, je devenais ingérable, mais lui était un Youkai. Le sol tremblerait sous ses pas.
Le sol ne fit pas que ça d’ailleurs, et devint une vraie patinoire. Great. Il allait falloir que je trouve le moyen de tourner ça à mon avantage, mais ça n’était vraiment pas mon élément. Je courais dans la direction opposée et poussais au passage le mec au laser sur la patinoire avec un cri de douleur à cause de mon bras. J’avais toujours un fouet à la main et maintenant que nous tenions nos ennemis à distance, j’allais avoir besoin de Nox, qui pendant tout ce temps, s’était contentée de voleter au-dessus de nous.

Puisque nous passions aux choses sérieuses, j’allais moi aussi me donner à fond. Je retirai l’anneau à mon pouce gauche, profitant de ce que Shayne gardait l’attention sur lui pour effectuer ma transformation. Mes os et mes muscles s’allongèrent, mes pupilles se fendirent légèrement. Mes changements n’étaient pas aussi spectaculaires que ceux de mon collègue ; moi, je ne faisais que grandir un peu, alors que lui était maintenant avec tout l’attirail du monstre : oreilles pointues et longues griffes. Une vraie créature de cauchemar.
Je sifflais Nox et lui passais le contrôleur à la patte gauche quand elle se reposait sur mon épaule.


Maintenant, j’étais prête. Ils étaient trois encore au centre de cette patinoire d’où émergeaient des pics mortels : le viking, le tireur et celui qui avait le laser. Nous leur avions redonné cet avantage-là, mais je ne comptais pas leur laisser le temps de l’utiliser. Immédiatement, j’ouvris le feu, visant celui qui ramassait l’arme, grognant de douleur à cause de mes mains meurtries. Mes fireballs avaient encore doublées de taille, si bien que peu importait vraiment l’endroit où je toucherai mes adversaires, les dégâts seraient tels qu’ils seraient hors-jeu pendant un moment. Encore fallait-il les toucher. Je n’osais pas me risquer sur la glace, où je perdrai mon avantage face à eux ; d’un autre côté, transformée et usant mes fireballs à cette puissance-là, je ne tiendrai pas longtemps. Mais à cette distance, viser était plus compliqué et je ne bénéficiais plus de l’avantage de surprise que j’avais en opérant de la même manière quand j’étais sur les poutres.

La puissance de feu eut au moins l’avantage de surprendre les trois adversaires. Pris au piège, ils ne pouvaient qu’essayer d’éviter les attaques qui leur tombaient sur tous les fronts ; je ne me relâchais qu’au moment où je touchais celui qui se penchait pour ramasser le laser. Pour la seconde fois de la matinée, une odeur de chair brûlée flotta dans l’air en même temps que des cris de douleurs faisaient vibrer mes tympans.
Plus de soucis à se fait du côté des lasers, donc.

Shayne s’était occupé de mettre à distance de son mur de glace les deux restants avec ses pics meurtiers. Je lançais encore quelques fireballs dans le tas avant de me rendre compte que je n’aurai pas forcément la chance de les toucher : ils avaient mis à leur avantage la patinoire et la glace avait augmenté leur capacité à esquiver. Pire encore, malgré leur camarade à terre et en train de brûler, ils n’essayaient pas spécialement de se masser autour de lui comme je l’avais espéré. Je les vis se regarder, acquiescer, et repartir chacun dans une direction : le viking vers le bouclier de Shayne, le tireur s’avança de quelques pas vers moi.


Shit shit shit. Au moment où il leva son arme sur moi, un sourire vainqueur aux lèvres, j’activais par pur réflexe ma compétence bouclier. La première balle ricocha sur le champ de force. Mon mouvement premier fut de reculer d’un pas, mais le skill ne tiendrait pas longtemps. Si je voulais vaincre ce petit con – qui avait maintenant l’air frustré et continuait de tirer avec des hurlements de rage – je devais réussir à avancer au moins assez pour que je puisse le désarmer.
Je me forçais donc à avancer, essayant d’être rapide sans glisser ; à deux ou trois reprises, je me sentis commencer à tomber mais je tins bon. Mon bouclier aussi, même s’il ne durerait plus que quelques secondes. J’avais juste besoin de m’approcher juste un petit peu plus… VOILA ! Mon bouclier tressauta une dernière fois sous le choc des balles avant de disparaître ; dans le même temps je déroulais le fouet que j’avais gardé, le faisant claquer une première fois à côté du visage de mon adversaire. C’était assez pour le déstabiliser une seconde mais je devais faire plus que ça ; je recommençais et cette fois-ci, la lanière s’enroula autour de la jambe, et tirant à deux mains, le fit tomber avec assez de violence pour l’assommer lui aussi.
Être une Hukai avait ses avantages.

Je bondis jusqu’à lui, ramassais le flingue et soulevais l’élève par le col en même temps que je huais le viking qui s’apprêtait à asséner un autre coup de marteau sur Shayne. « Hé le malabar, je serai toi je ferai pas ça ! » J’avais le souffle court et la voix cassée, mais j’avais encore assez de force pour garder un bras fermement enserré autour de la gorge de mon otage, mon fouet au poing, mon autre main – celle tordue, mais j’ignorais la douleur – tenant le pistolet que je dirigeais vers la tempe de celui-ci. Nox effectuait des cercles au-dessus de la scène, mais je concentrais mon attention sur Shayne. J’avais capté celle de son adversaire, mais tout ce qui m’importait était de voir ce qu’il allait décider de faire maintenant. Your move, honey.

Hors RP : Désolée c'est beaucoup de blabla pour pas grand chose au final, j'espère que t'auras matière à répondre x)


______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 625
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 791
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Sam 12 Avr - 9:30

Mission aux sous sols des rancoeurs
«Le divorce est le sacrement de l'adultère.»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Le briquet ambulant se lâchait, et de mon côté j'esquivais du mieux que je le pouvais, avec mon bras handicapé, les boules de feu perdues, tantôt en créant des boucliers de glaces, tantôt en profitant de mon agilité sur ma patinoire. En tout cas, ce petit tour de feu VS glace nous débarassa au moins d'un ennemie de plus ; il n'en restait donc plus que deux. Je notais au passage leur immoralité à laisser cramer leurs coéquipiers sous leurs yeux sans bouger le petit doigt ; En aurais-je été capable avec Shae ? Quelques semaines auparavant, sans hésiter oui. Maintenant, je pense que je me serais sentis obligé de l'aider, et je n'aimais qu'à moitié se changement de comportement chez moi. Enfin bon, après tout, elle n'avait qu'à pas se retrouver dans des situations trop dangereuses et voilà, je n'aurais pas à me pencher sur ce genre de questions.

Mais oh, que voilà ? Les deux derniers restants s'étaient séparé équitablement : La brute pour moi, le tireur à la lutine (ce dernier ne fit pas long feu avec ma collègue). De mon côté, j'étais prêt à recevoir le gros tas ; un simple humain fonçant vers un Yukai... Du suicide, même si j'avais un handicap. D'un balayement de ma main devant moi, je brisais la barrière de glace pour le laisser venir. Ce gars là, il m'avait cassé l'épaule, j'en faisais donc une affaire personnelle. Il allait arriver à ma hauteur, lorsque la lutine capta son attention. J'en fus presque vexé d'ailleurs, le gros tas se souciait maintenant de la vie de son dernier collègue restant, alors qu'il était devant la menace de sa vie à lui ? Hmpf.

Presque énervé, je commençais par bloquer ses pieds au sol en glaçant ces derniers jusqu'aux genoux. A ce moment là, je repris son attention, le pauvre devait déjà commencer à regretter son erreur, mais ne semblait pas comprendre que pour lui il était déjà trop tard. Avec son marteau, il tenta de briser la glace qui bloquait ses pieds au sol, mais à chaque coup qu'il donnait, je remettais une couche de glace et la faisait remonter petite à petit. Bientôt, il ne put même plus se servir de son marteau, qu'il lâcha au sol (l'impact de se dernier fit d'ailleurs un sacré bouquant ; je comprenais mieux l'état de mon épaule maintenant). Bref, je m'approchais doucement de lui, je pouvais distinguer son inquiétude dans ses yeux. Malheureusement pour lui, ça ne suffirait pas à me stopper.

Je tendis une main vers une de ses jambes, entièrement coincée sous la glace. Puis je commençais à serrer le poing en lui arrachant ainsi des cris de douleurs ; La glace était en train de se comprimer, de lui écraser la jambe. Cette dernière n'allait pas tarder à simplement casser... Mais attendez ? Ce n'était pas ma jambe qu'il m'avait cassé après tout. Je mis fin à sa torture, puis m'approchait de lui. Il n'osa même pas tenter de bouger ses bras pour m'attraper ou quelque chose comme ça. Il gardait la tête baissée, comme pour m'implorer en se voilant la face. Ma main effleura son épaule, qui se recouvrit aussitôt de glace. Cette fois, je serrais fermement le poing. A travers les craquements de glaces, on pouvait surtout entendre son épaule se déboiter, peut être même un os se fracturer, j'ai jamais été doué avec le corps humain, et après tout je n'en ai jamais eu besoin pour faire souffrir quelqu'un. Sa souffrance à lui n'était d'ailleurs pas terminée du tout.

On était maintenant à handicapes égaux. Je m'éloignais d'un petit mètre, puis d'un claquement de doigts, la glace sur lui ne devint plus que de l'eau liquide. Après être tomber au sol en gémissant, il se tint l'épaule toujours sans me regarder dans les yeux... Mais je n'avais toujours pas finis. Ma forme libérée me rendait beaucoup plus habile dans ma maîtrise de la glace, et quitte à avoir retirer mon contrôleur de puissance, autant en profiter un peu.

Le malabar était donc dans une flaque d'eau... Parfait. De cette flaque sortie ainsi un petit pic de glace, comme une longue aiguille, qui lui perfora la jambe ; puis le pic redevint eau qui retomba parmi la flaque. Un deuxième pique sorti, toujours de la flaque, cette fois lui perfora la cuisse de l'autre jambe. Puis il redevint eau. Je continuais cette torture un peu partout sur son corps et de plus en plus vite tandis qu'il gémissait à chaque coup ; cela faisait longtemps que je ne m'étais pas amusé ainsi. Cinq bonne minutes passèrent, la flaque d'eau avait tournée au rouge sang.

Je suppose que je m'étais assez amusé, Shae allait commencer à s'ennuyer. J'achevais enfin ses souffrances en transperçant sa gorge d'un pic un peu plus large, le pauvre étudiant n'eut pas le temps de crier pour ce coup de grâce.

Tout en me dirigeant ensuite vers Shae, je remis mon contrôleur de puissance. La patinoire se mit alors à fondre doucement. Je retrouvais alors une apparence totalement humaine ; sans mon bras droit qui pendouillait n'importe comment à cause de mon épaule cassée et sang les éclaboussures de sang sur ma chemise, on aurait pu croire que rien ne s'était passé.

_Pas trop blessée ? Lui lançais-je sans la moindre ironie.


Encore une fois, quelques semaines plus tôt, je m'en serais bien moqué de comment elle allait. Mais après un petit combat comme ça, je commençais à réalisé l'étendus de la puissance que l'on pouvait avoir ensemble. Et encore, j'estimais avoir retirer mon contrôleur de puissance pour rien ; finalement c'était plus pour elle que je l'avais fait, pour lui montrer une partie de ce que j'étais capable de faire. Et en même temps, j'avais pu voir une partie de ce que elle était capable.

Oh , voilà que le type qu'elle tenait fermement commençait à se réveiller.

_Il faudrait que l'on sache exactement qui ils sont, ce qu'ils faisaient là et ce qu'ils ont vu. En ce qui concerne leurs vie, on fait quoi ?


En réalité, cette dernier question sonnait plus comme un "Tu les achèves ou je m'en occupe ?". Car en ce qui me concerne, laisser en vie des personnes ayant vu de quoi on était capable me semblait dangereux. Cependant, si ôter la vie de quelqu'un ne me causait aucun problème d'éthique, je ne savais pas vraiment ce qu'il en était de ma collègue ; Je la savait sadique, certes. De là à prendre la vie de quelqu'un, de sang froid, sans hésiter... Je me sentais terriblement laxiste à penser ça, mais je ne l'aurais pas blâmer de ne pas pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Sam 12 Avr - 14:43




Mission aux sous-sols des rancoeurs

feat : Shayne O’Reily
WE LET OUR BATTLES CHOOSE US
Nous étions en train de gagner. Et le viking l’avait vu. Il m’avait jeté un regard, d’abord surpris puis résigné ; nous les avions humilié, défaits. A deux contre six, nous étions plus forts qu’eux. Qu’attendre d’autre des deux qui allaient détruire l’académie ?
Mais ce n’était pas assez pour le Youkai. Je fus témoin d’une démonstration de violence qui aurait mis n’importe qui d’autre à l’aise ; plus qu’un déferlement de haine, c’était une séance de torture en règle. N’importe qui d’autre aurait frémit devant ce spectacle, se serait sentit mal, aurait vomit, serait tombé dans les pommes. Pas moi.

Je me contentais de resserrer ma prise et d’observer en souriant. Je lâchais même un éclat de rire devant l’imagination dont mon collègue faisait preuve; le coup de la flaque d’eau, c’était bien trouvé. Je profitais de la pause que ça me laissait pour calmer ma respiration, mais avec ça venaient les inconvénients. La fatigue commençait à se faire sentir et j’avais du mal à rester concentrée ; ma joue, mon crâne et mon bras m’élançaient douloureusement.

Tout se finit aussi rapidement que ça avait commencé. Il n’avait suffi que d’un pic de glace au travers de la gorge pour l’achever ; bon, il fallait dire que Shayne l’avait pas mal saigné avant. Devant moi, il reprit son apparence humaine. Je resterai encore Hukai un petit moment, personnellement ; à sa question, je répondis par un sourire. « Ça pourrait être pire. » J’observais quelques secondes son bras pendouiller lamentablement avant d’ajouter : « Je pourrai rien faire pour ça » sur un ton d’excuse, désignant son épaule d’un vague geste du menton. Oui oui, sur un ton d’excuse. Comme si les quatre derniers jours n’avaient pas existé. Après ce qu’il venait de se passer, je ne croyais plus qu’il allait se retourner contre moi. J’étais convaincue. Il avait eu plusieurs fois l’occasion de me tuer dans la matinée mais au lieu de ça, nous avions réussi à travailler en équipe, et, c’était le cas de le dire, en se faisant une confiance aveugle.
Je suppose qu’on peut déclarer sa méthode de thérapie comme étant un succès.

J’acquiesçais à sa remarque. Oui, il valait mieux qu’on sache qui ils étaient et pourquoi ils trainaient aussi près de notre QG. Parlant de ça, le dernier restant s’agitait et je le laissais tomber à terre le temps qu’il reprenne ses esprits, mais le gardais toujours en joue.
J’adressais un sourire à mon collègue. Laisse-moi faire. Avec une exclamation de surprise, l’étudiant réalisa la situation dans laquelle il se trouvait. Je sifflais Nox, qui revint – encore une fois – se poser sur mon épaule, et je m’accroupis pour faire face à mon nouveau jouet.
Le sourire que je lui adressais était une promesse douloureuse.

« Maintenant tu vas gentiment m’expliquer ce que vous foutiez là.
- Va crever. » Sa voix était faiblarde, mais il me défiait du regard. C’était stupide. Je braquais l’arme sur son front en guise de réponse. Cela le fit sourire. « Allez chérie, tu sais que t’en es pas capable. » C’était le mot de trop. Je l’attrapais par le col, le soulevant comme s’il ne pesait rien et le plaqua avec violence contre les parois de la galerie ; je le maintenais immobilisé et le fixais droit dans les yeux.
Qu’il le veuille ou non, il allait parler.

« Je réitère ma question. Explique ce que vous foutiez là.
- Crève !
- Mauvaise réponse. Nox, eyes. » fis-je d’une voix doucereuse.
Vous savez, comme on dit toujours qu’il faut apprendre des mots simples aux animaux pour qu’ils les retiennent ? J’avais cet oiseau depuis plusieurs années, j’avais eu le temps de lui apprendre plusieurs choses et même si la direction nous avait séparés pendant plusieurs mois, j’étais celle qui l’avait ramassée du nid. Alors quand j’ordonnais… Nox obéissait. Et les hiboux ont un bec plus long qu’il n’y parait et taillé pour la découpe, comme allait le découvrir mon adversaire. Dans un fouillis de plumes et de hurlements, le rapace fondit sur son visage. Je la laissais faire une vingtaine de secondes avant de la rappeler.
Le visage en sang, il s’était laissé glisser par terre et me regardait comme s’il me voyait pour la première fois.

« Même question. » Cette fois-ci, il fit moins le malin et je n’eus pas besoin de rappeler Nox. Il finit par expliquer nous expliquer qu’il faisait partie d’un groupe d’étudiants et que, pendant un projet scientifique dont je vous épargne les détails, ils avaient détecté une source d’énergie extrêmement puissante provenant des sous-sols de l’académie. Naturellement, ils avaient été intrigués et avaient amassé un certain matériel pour aller enquêter en toute discrétion.
Il acheva son discours avec des supplications de le laisser en vie, mais je n’écoutais déjà plus.

Une source d’énergie dans les sous-sols de l’école… J’échangeais un regard significatif avec Shayne l’espace d’une seconde avant de reporter mon attention sur mon otage. « Merci pour ta coopération. » Et avec un calme souverain, je braquais le pistolet vers sa tête et pressais la détente. Mon bras retomba lentement le long de mon flanc en même temps que j’analysais ce que j’éprouvais après avoir fait mon premier meurtre de sang-froid. Tout le monde en faisait tout un plat, mais vraiment, cela me laissait indifférente. Bah, j’y penserai plus tard, décidais-je en reprenant mon contrôleur de puissance, rendu poisseux par le sang, à Nox.

Je repris moi aussi forme humaine et me retournai pour faire face à Shayne. »On devrait achev… » Le léger sourire que je lui adressais malgré la fatigue et la douleur s’effaça quand je vis l’expression de son visage, et je me retournais pour voir ce qui n’allait pas. Et mon visage à moi aussi se décomposa sur le coup.
Shit just got real.

Vous vous souvenez de celui que j’avais surnommé Indiana Jones au post précédent, et que j’avais assommé pour faire diversion quand Shayne était sur le point de se faire flinguer ? Eh bien visiblement, celui-là n’était plus inconscient. Il était même tout le contraire, debout, le laser géant à la main. Le temps d’écarquiller les yeux, de me dire qu’il fallait que je bouge, non ; que Shayne et moi il fallait qu’on bouge, il tirait sur les poutres qui maintenaient la galerie avec ce que je qualifierai maintenant sans la moindre hésitation d’arme de destruction massive et carrément over cheaté sa race sa reum la tepue.

Et la galerie s’effondra sur nous.




______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 625
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 791
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   Mer 16 Avr - 12:48

Mission aux sous sols des rancoeurs
«Le divorce est le sacrement de l'adultère.»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Pendant qu'elle s'occupait de faire parler le dernier étudiant, je commençais à ressentir le contre coup de l'utilisation de mes pouvoirs ; bien que je n'avais pas exploité l'ensemble de mes capacités, je m'étais peut être un peu trop emballé en retirant mon contrôleur de puissance. Ainsi, tout en la regardant à l'œuvre, je m'étais adossé à un mur histoire de souffler. Une source d'énergie, donc ? Intéressant, d'autant que si ce n'étais déjà le cas, Shae pouvait désormais me faire réellement confiance puisque cette nouvelle information confirmait ce que je lui avais dis au sujet de l'académie lors de notre première mission : L'académie cacherait un artefact plutôt balèze dans ses sous sols. J'eux ainsi la sensation de faire un pas énorme pour notre petite entreprise : Chopper cette énergie, la contrôler, et diriger l'académie. Puis un évènement presque inattendu arriva. Shae le tua, de sang froid. En temps normal, j'aurais été fier d'avoir amener quelqu'un à un tel acte, et pourtant, avec Shae, ce n'était pas loin d'en être gênant. Néanmoins, plus que jamais, j'étais maintenant sûr que la demoiselle ne me ferait jamais faux bond.

Cette mission était donc finit. On avait plus qu'à achever les autres, histoire d'éviter le moindre risq... Le type au fouet, où était-il passé ? Quelques mètres derrière Shae, prêt à faire tomber le plafond sur nos têtes. Le plafond tomba sur nous. Rapidement, j'attrapais la main encore valide de Shae pour la tirer et commencer à courir... Seulement il était déjà trop tard. Le chemin nous était barré par une simple poutre, mais dans l'obscurité qui régnait et les quelques traces de glaces qui restaient, je trébuchais lamentablement en lâchant la main de ma collègue. S'en suivit un raffut pas possible. Tandis que le plafond nous tombait dessus, je pus vaguement distinguer la silhouette du dernier étudiant tituber vers la sortie. Remarquant le pistolet ayant servit à achever l'autre, je l'attrapais et visait un peu n'importe comment avant de faire feu. Parmi tout ce vacarme, je crus entendre un hurlement, peut être l'avais-je au moins touché. Un dernier hurlement retentit tout de même, cette fois le mien. Un je ne sais quoi probablement un morceau de poutre venait de m'écraser l'épaule, que le gros tas m'avait cassé tout à l'heure.

Quoi qu'il en soit, l'éboulement continua quelques bonnes minutes, me clouant au sol. Je ne voyais même plus Shae, et avait beau l'appeler, n'entendais aucune réponse. Après ces longues minutes de calvaires, surtout pour mon épaule, le silence sembla revenir. Tout en retenant des gémissements, je repoussais la poutre de mon épaule -ce qui eut pour effet de recommencer un petit éboulement un peu plus loin-, puis me redressais légèrement avec peine. Les débris ne nous laissait qu'environ un petit mètre de hauteur entre ce nouveau plafond et le sol. Au sol, je pus distingué un petit objet : Le briquet de Shae. Je m'en servis donc pour m'éclairer tout en continuant d'appeler la lutine, toujours sans aucune réponse. Après un petit temps de fouille, je la trouvais enfin.

Elle se trouvait sous un tas de bois, un filet de sang barrait son visage. Je rampais rapidement près d'elle pour prendre son pouls : Faible ; elle avait dû "juste" prendre un coup sur la tête ce qui l'avait rendu inconsciente. Ce n'était pas plus grave après tout si elle était tombée inconsciente dès notre séparation puisque ses jambes étaient salement écrasées, elles devaient être dans un sale état. Pas question de la laisser là en tout cas. Etant donné l'état de mon épaule et de la masse qui l'écrasait, je retirais pour la deuxième fois de la journée mon contrôleur de puissance. Sentir l'énergie m'envelopper me soulagea un peu, dommage que ça n'allait pas être pour tuer quelqu'un cette fois. Grâce à deux colonnes de glaces assez larges, je pus soulever les décombres pour en tirer ma lutine, tout en me promettant que si l'étudiant qui avait pris la fuite n'était pas mort, je le retrouverais. Et le garderais vivant. Longtemps.

Après cette petite intervention, je remis mon contrôleur de puissance, mais le pire était encore à venir. Il allait falloir non seulement arriver à nous sortir de là, mais en plus amener Shae jusqu'à des secours et ce malgré mon propre état. L'avantage était qu'au moins, elle était légère. Bref, je commençais ce périple plaçant mon bras sous sa poitrine, puis petit à petit, et en grimaçant à cause de mon autre épaule, nous trainais à travers les décombres. Je galérais ainsi, à nous frayer un passage pendant une bonne demi-heure, entrecoupée de vérification de l'état de la Lutine. Son pouls était un peu plus régulier maintenant, mais elle n'avait pas l'air de s'être réveillée.

J'arrivais finalement aux escaliers ; arrivés là, le plafond semblait avoir un peu mieux tenu. Je pus ainsi me relever, et pus prendre Shae sur mon épaule encore valide.

_Heureusement que t'es pas grosse, soufflais-je en m'engageant dans l'escalier.


Tandis que je montais, j'entendis quelques battement d'ailes, et fus bientôt rejoint par le piaf qui vint se poser sur le dos de la Lutine, et me picora le crâne. Sale bête, je m'occupe de ta maîtresse là.
J'arrivais finalement en haut de cette torture, et à peine ouvris-je la porte que je fus encerclé de deux ou trois profs. A en juger par leurs questions, on était les premiers à sortir des sous-sols ; la cause de l'éboulement avait donc ou bien périt, ou bien trouvée une autre sortie. Pour le moment de toute façon, c'était Shae qui m'importait. Un prof tenta de la prendre, mais je la gardais. Comme si j'allais l'abandonner à ces incompétents. Nous parcourûmes ainsi l'académie jusqu'à l'infirmerie, sous l'escorte de Nox qui volait un peu partout, des trois profs et des regards intrigué tantôt des élèves qui me connaissait comme un bagarreur, tantôt des membres de pande'.

Arrivés à l'infirmerie, je posais la lutine sur un lit pour la remettre à de vrais personnes compétentes, puis ce fut moi que l'on prit en charge, pour mon épaule. On m'expliqua qu'elle était salement amochée, que j'allais devoir faire de la rééducation et blablabla... Mais comme je viens de vous le dire, à ce moment là, tout ce qui m'important était Shae. Bien sûr, étant donné son état, qu'elle n'était même pas réveillée, on me refusa de la rejoindre. A la place, on me raccompagna à ma chambre et on me confia le piaf de ma collègue, qu'on avait collé dans une cage.

Tout en insultant les prof' qui venait de me raccompagner et en les menaçants s'ils ne s'occupaient pas correctement de la lutine, je leur claquais la porte au nez pour jeter un oeil à l'oiseau.

_On ira voir Shae dès que possible, pas de conneries. Dis-je comme s'il pouvait me comprendre en ouvrant sa cage.

Pour la première fois de ma vie, je sentis donc une étrange sensation : l'attente de nouvelles d'un proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mission aux sous sols des rancoeurs   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission aux sous sols des rancoeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 02.03/18.Sc. Sous-sols minés
» Le Goelan arrive dans les sous sols du Louvre
» [Mission] Tombeau sous l'océan
» Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)
» [Mission] Maman, ya un monstre sous mon lit !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie Rakishou :: Extérieur :: Sous-sols-