nos top partenaires
la météo
Nous sommes en Hiver.



Il fait froid et la neige est arrivée ! Les paysages autour de vous seront principalement blancs et immaculés avec une température très basse. Couvrez-vous bien !

Partagez | .
 

 Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Mer 16 Avr - 20:46




Jambes en l’air à l’hosto (frappez Shayne c’est lui qui a trouvé le titre)

feat : Shayne O’Reily
Ou le réveil digne d’un lendemain de soirée
Flashback :
Avant même que j’eus l’idée de réagir, je sentis une main s’agripper à la mienne et me tirer en arrière ; pendant un temps je courus côte à côte avec Shayne pour échapper à l’enfer qui nous tombait dessus… Puis je sentis sa main glisser de la mienne et aussitôt je m’arrêtais pour le retrouver. Bizarrement, le perdre dans cette situation me semblait pire que me perdre moi-même, mais je n’avais absolument pas le loisir de réfléchir dessus à l’instant. Malheureusement pour moi, les deux se produisirent.
J’étais seule, perdue et paniquée, mais ce ne fut pas le pire. Le pire fut de voir ce qui allait m’arriver directement, d’entendre les poutres de bois craquer juste au-dessus de moi, mais sans avoir vraiment le temps de réaliser ce qu’il se passait. Une douleur foudroyante à la tête et dans le dos, puis je sombrais dans les abysses de l’inconscience.

Le lendemain :
D’abord, le bip des appareils, comme étouffés puis le son se précisant petit à petit, s’amplifiant par la même occasion. Ensuite, la conscience qui émergeait petit à petit, mais qui tournait au ralenti ; avec elle le retour des sensations. Je pouvais par exemple dire que j’avais la langue pâteuse, la tête et les membres alourdis… Enfin ceux que je sentais, et je ne sentais plus que mes bras. Quelque chose me disait que ce n’était pas bon sans que je sois vraiment inquiète de savoir ce qu’il m’arrivait, j’étais encore trop vaseuse pour m’en soucier. Enfin revint, après quelques moments dans les vapes, la mobilité : en commençant par papillonner des yeux puis les refermer presque aussitôt devant l’agression de blanc qu’ils subissaient. Je sentis même mes traits se déformer en une grimace agacée et entendis grognement sortir de ma gorge.

J’arrivais à un compromis avec moi-même et me décida à n’ouvrir les yeux qu’à moitié. Les premières secondes furent aveuglantes, mais rapidement, mon regard se réadapta et je pus observer l’endroit où je me trouvais. Comme la couleur le suggérait, j’étais effectivement dans une chambre d’infirmerie, ou d’hôpital, mais j’avais l’esprit trop embrumé pour m’expliquer comment je le savais par contre. Je tournais la tête vers ma gauche, et je constatais deux choses.

La première : il allait falloir que j’enlève le machin que j’avais au bras… Perfusion, voilà ; il allait falloir que je retire ces perfusions au bras. J’avais beaucoup trop de mal à réfléchir pour que ça me soit bénéfique.
La deuxième : je n’étais pas seule. Deux yeux bleus foncés me dévisageaient sans ciller. Je connaissais ce regard, et j’adressais un rictus moqueur à son propriétaire. « Et ils ont été combien à te trainer ici dis-moi ? » demandais-je d’une voix cassée à Shayne O’Reily, l’iceberg assis à côté de mon lit. Une part de moi était honteuse qu’il me voit dans un tel état, l’autre… Eh bien, très étrangement, l’autre part était contente qu’il soit là. Mais mon cerveau ne carburait toujours pas assez vite pour que je m’en rende compte…
Dans le même temps, je prenais appui sur mes coudes pour me redresser ; pas question de rester faiblarde devant lui trop longtemps, mais mon bras droit s’éveilla douloureusement, m’arrachant une grimace. Rien que le mouvement me fatigua et je me rendis rapidement compte que je n’avais pas l’énergie nécessaire pour me soulever toute seule. Dépitée, je me laissais retomber sur mes oreillers. Boah, après tout, s’il visitait quelqu’un à l’hôpital, il devait bien se douter que je ne serais pas non plus en train de péter le feu… « Tu t’étais pas fait démolir aussi toi ? Tu devrais retourner dans ta chambre, c’est pas hyper raisonnable de te balader si tôt, si ? » Je lui adressais un nouveau sourire moqueur, à défaut de pouvoir rire de lui – ça non plus, je n’en avais pas la force – mais j’étais réellement curieuse de savoir comment lui se remettait. Difficile de croire que quelques jours auparavant, j’avais préféré l’éviter sous risque de le tuer…

J’espère que ça t’ira, je te laisse lui annoncer qu’elle est paralysée 8D

______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 624
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 790
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Jeu 17 Avr - 15:53

Jambes en l'air à l'hosto'
«C'est l'hôpital qui se fout de la charité !»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Depuis notre mission, je n'étais pas sortis de ma chambre. J'avais eu des échos de ma chère collègue, ses jambes auraient, selon les médecins, été beaucoup plus sévèrement touchées que ce que je pensais. Pour être honnête, j'avais ainsi développé une certaine forme de peur puisque je me considérais comme en partie coupable de l'états des jambes de ma coéquipière ; de ce fait, j'appréhendais sa réaction. Il me semble que nous venions juste de nous réconcilier (le concept m'échappais encore un peu), alors repartir dans une guerre... Je n'en avais franchement pas envie. Tant pis, disons qu'étant responsable, je lui devais au moins ma présence. J'ouvris ma fenêtre pour rappeler le piaf de la lutine, attrapais son briquet que j'avais gardé avec moi puis sorti enfin de ma chambre.

De mon côté, mon épaule allait mieux ; l'infirmière possédait des pouvoirs de guérisons remarquables, et malgré la gravité de ma blessure, je m'en sortais simplement avec un bandage salement serré pour maintenir mon épaule droite, et d'une interdiction d'activité physique pour deux bonnes semaines. De toute façon, Pandemonium était au stade de recherches aussi bien d'informations que de membres, et ayant pas mal été indiscret ces dernières semaines, il allait falloir me faire un peu plus petit : J'avais entendu parler d'opposant à notre groupe, il ne fallait absolument pas que la moindre rumeur associant Shae ou moi à Pandemonium ne remonte jusqu'au directeur.

Bref, le piaf sur une épaule, j'arrivais à l'infirmerie. On m'indiqua où se trouvait Shae, m'expliqua qu'elle ne s'était toujours pas réveillée... Et que cerise sur le gâteau, ayant été le seul présent et n'ayant pas encore rendu de rapport de mission, était probablement le mieux placé pour lui annoncer. Je m'asseyais ainsi à côté du lit de la lutine, ce qui était assez ironique quand on pense que je n'aurais même pas été au chevet de mon père ne serait-ce que pour gratter de l'héritage s'il avait été mourant. Enfin bon, la relation que j'avais avec cette carreaux était différente, différente de n'importe quelle relation que j'avais eu auparavant. Je ne pense pas que l'on pouvait appeler ça de l'affection, n'empêche que je tenais à elle, à sa présence à mes côtés pour Pande'.

Elle commençait d'ailleurs à doucement se réveiller. Au début, en la voyant peu à peu revenir à elle, j'eus le réflexe de regarder ailleurs. Mais ça restait ma collègue, je devais donc l'assister. Après un petit soupir, je reposais mon regard sur elle. Aïe. Blague pas drôle, ça allait être encore plus dur de lui annoncer, elle n'avait pas l'air de se douter de quoi que se soit. Au moment où elle ouvrit la bouche, son piaf vola pour se poser sur son front.

_Juste lui, fis je en désignant le piaf.

Olà, Shayne O'Reily, que faisais-tu ? Je devais lui dire et au plus vite, ne surtout pas faire comme si de rien était. Et pourtant, elle me demandait comment moi j'allais... Pauvre lutine, si elle savait pour son état, elle serait probablement en train de m'insulter.

_L'académie à quelques bons éléments niveau soigneur... expliquais-je pour mon épaule. Quant à toi... J'inspirais profondément, mais la regardais fixement et droit dans les yeux. Puis je commençais, d'une voix pas très forte histoire que les oreilles indésirables ne soient au courant de rien. Je vais pas te la jouer diva, ça me va pas. Je ne sais pas ce que tu as retenu de la mission, alors je vais te la faire courte : Indiana Jones à choppé son joujou, dégommé le plafond, ça nous est tombé dessus pendant un petit moment, on a été séparé. Quand tout s'est calmé, j'ai pu te retrouver, te sortir des décombres, mais... Je désignais par un signe de la tête ses jambes. Elles sont amochées. Vraiment amochées, tu t'en rendras comptes en essayant de les bouger. Les docs pensent que ça pourrait durer... Longtemps. Vraiment longtemps.

Puis le silence qu'imposait une telle nouvelle commença. Je ne lisais rien sur son visage, et dans ma main je serrais le briquet que je ne lui avais pas encore rendu depuis la mission. Je devais me bouger, et vite, trouver quelque chose à dire, aider ma coéquipière. Mais rien ne me vint, à la place de ça même, je me levais pour aller m'asseoir au bord de la fenêtre. Et dire qu'il y a quelques jours, elle voulait me tuer tandis que moi je doutais de pouvoir lui faire confiance. Tout avait été résolu, mais non, Indiana Jones avait tout cassé.

Dans ce genre de moment, je pense qu'il y a deux types de personnes : Ceux qui vont au devant en se résignant à leur sort pour vivre avec, et ceux qui reste en arrière, pour réparer ; j'appartenais à la deuxième catégorie et pensait que pour réparer, il fallait venger.

_J'ai pas encore retrouvé le fautif, je suppose qu'il est mort. S'il ne l'est pas, je le retrouverais et on s'occupera de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Jeu 17 Avr - 19:45




Jambes en l’air à l’hosto

feat : Shayne O’Reily
Oh. C’est donc ça, des ‘émotions’ ?
J’esquissais un sourire quand Nox vint se poser sur mon front. J’étais tellement dans les vappes que je ne l’avais même pas vue, perchée sur l’épaule de Shayne. Il avait de la chance, normalement elle ne se perchait sur personne d’autre que moi. « Juste elle » corrigeais-je machinalement en secouant légèrement la tête pour que Nox aille se poser autre part. Ouh, mauvaise idée ça. Le geste me donna l’impression que mon cerveau allait se fracasser dans mon crâne et j’eus une nouvelle grimace.

J’enchainais en lui demandant implicitement comment lui s’en était sortit. Ca me paraissait important de le savoir, sûrement parce que j’avais besoin de lui pour Pandemonium. Et quand il m’expliqua qu’au final ce n’était pas si grave, je me sentis étrangement rassurée. Depuis quand je m’inquiétais pour Shayne moi au fait ? Bof, ce n’était pas si grave. Il n’était pas tout cassé, c’était ce qui comptait. Quant à moi ? Quant à moi… Ah oui, tiens, ça serait pas mal de savoir comment j’allais. Je me reconcentrais pour être attentive à ce qu’il allait dire ; vu l’intensité de son regard, je n’avais pas intérêt à louper une miette de ce qu’il allait me dire.

Si j’avais eu du mal à émerger, plus il parlait et plus je me sentais réveillée. Chacun de ses mots me faisaient l’effet d’une claque. A tel point que je ne savais même pas ce qui était le pire dans l’histoire : la nouvelle qu’il m’annonçait ou cette pointe de… culpabilité ? Sérieusement, c’était de la culpabilité, du regret que je voyais dans ses yeux ? Pendant un moment, je me contentais de le regarder d’un air… Bah, j’imagine qu’on a l’air horrifié dans ces situations-là, non ? « Oh. » soufflais-je simplement en tournant la tête, très lentement, vers mes jambes.

Ce fut étrange comme d’un coup, je fus pleinement consciente de mon corps. Mon rythme cardiaque, le souffle de ma respiration, un léger mal de crâne, l’une de mes joues qui me démangeait, mon bras droit coincé dans une attelle mais tout de même douloureux à cause de ma tentative de redressage de tout à l’heure… Et effectivement, à partir d’un point juste au dessus du bassin, je ne sentais plus rien. Comment avais-je pu le louper en me réveillant ? Tout en sachant que l’effort serait vain, j’essayais de bouger une de mes jambes, n’importe laquelle… Mais ce fut comme si mon corps avait oublié, en fait non, ce fut pire ; j’aurai tout aussi bien pu ne plus avoir de jambes tellement l’impulsion électrique ne circula pas dans mes neurones.

J’en avais presque oublié que Shayne était là quand il reprit la parole. ‘On’ s’occupera de lui ? Je lâchais un rire amer en tournant me tournant vers lui, gorge serrée, le regard dur. « Non non non, TU t’occuperas de lui. » S’il doutait encore de la confiance que je plaçais en lui, je ne pouvais pas en faire de plus belle preuve : le charger d’une vengeance à ma place. Je me sentais bizarre, vide, ma gorge était nouée, mes yeux me piquaient. Non mais attendez, je n’allais tout de même pas me mettre à pleurer devant Shayne non plus ?! Je battis frénétiquement des paupières, ahurie. Je ne me souvenais pas avoir versé une seule larme depuis mes neuf ans, ce n’était pas le moment de s’y remettre. Mais à part les picotements dans les yeux, rien ne me vint. Heureusement, d’ailleurs.

Attendez… Pendant que je m’ahurissais sur ma capacité à éprouver des émotions humaines, mon regard avait quitté celui de Shayne pour descendre légèrement – signe d’abattement. Et maintenant, j’avais les yeux posés sur son épaule… Epaule qui allait tout de même vraiment bien, pour quelqu’un qui se l’était fait démolir par un marteau géant… N’est-ce pas ? Sûrement que l’infirmière avait un pouvoir de heal en adéquation avec sa profession. N’avais-je pas moi aussi mes chances ? Après tout, n’avais-je pas moi-même un pouvoir qui avait la capacité de me régénérer entièrement ?

L’air d’avoir eu une révélation, mon regard chercha une nouvelle fois à accrocher celui de Shayne. « En fait non. » déclarais-je d’un air décidé. « Il faut que tu me fasses sortir d’ici. » Il n’y avait qu’à lui que je pouvais faire confiance pour ce que j’avais en tête… A lui que je pouvais faire confiance tout court.



______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 624
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 790
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Mar 22 Avr - 15:37

Jambes en l'air à l'hosto'
«C'est l'hôpital qui se fout de la charité !»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Après ce discours s'en suivis l'attendue tentative. Dans ça tête, elle devait se dire "Paralysée ? Oh, Darling, te fous pas de moi" et essayer de toutes ses forces de bouger ses jambes, ou plutôt de les sentir. Comme je ne cesse de le répéter, "normalement", je serais partis après avoir dis tout ça, ou au moins après lui avoir promis vengeance blablabla. Mais avec elle, je ne pouvais rien faire d'autre que de rester, je me le devais. Pas question d'avoir la moindre once de pitié par contre. On était alliés, collègues, camarades, peut-être amis ; de ce fait j'avais à l'aider à se remettre sur pied, pas à la laisser se mourir couchée. Ainsi, tandis qu'elle s'apitoyait en se retirant du "on", je réfléchissais déjà à comment retrouver notre cible, et comment remettre la lutine en selle. Je n'avais certes pas de capacité de guérison, mais ce n'était tout simplement pas possible que dans ce monde de fou dans lequel nous vivions, personne ne soit en état de réparer ma lutine... Je n'avais donc qu'à trouver cette personne ; en fouinant un peu dans les dossiers, ça ne devait pas être impossible.

Au moment ou j'allais me lever pour aller fouiner, la lutine rattrapa mon regard. Son apitoiement n'avait pas duré longtemps, et si je ne la blâmais pas d'avoir abandonné trente seconde compte tenu de son état, je ne pus que la saluer de se relever -enfin, elle était encore couchée pour l'instant-. Bon, la faire sortir allait certes être un peu délicat puisqu'aucun responsable ne voudrait la laisser se promener tranquillement dans les couloirs de l'académie alors qu'elle était restée inconsciente un certain temps.
Heureusement pour nous, je n'étais pas responsable de l'académie, ni même responsable tout court.

Je m'approchais donc pour la faire décoller de son lit. Si l'académie n'étais pas capable d'aider une de ses élèves, il n'était pas question qu'elle les retiennent en plus dans l'infirmerie. Et pas question de lui imposer un tour du bahut en fauteuil roulant ; je décidais donc de la porter jusqu'au... Jusqu'ou déjà ?

_Direction le Fight-Club, je suppose ? Demandais-je tout en sortant de la chambre.


Forcément, en me voyant avec l'étudiante dans les bras, les infirmières tentèrent de m'arrêter. Mais avec l'air fâché que j'affichais qui disait "Même pas capable de soigner ses élèves", elles s'arrêtèrent à de simple "Vous ne pouvez pas, elle doit se reposer !". Puis de toute façon, c'était pas comme si j'étais en train de l'enlever. Bien que les regards des autres dans les couloirs pouvaient laisser penser le contraire (Mention spécial à nos pions qui nous regardaient complètement perdus). Nous arrivâmes tout de même assez rapidement au niveau de la zone des clubs.

_Alors, c'est quoi le plan ? Demandais-je tout en entrain dans le Fight Club.

D'un geste de tête à quelques pions, ils comprirent de fermer le club pour le reste de la journée ; Tellement bon d'être si influent. Une fois qu'il fut totalement vide, je congédiais également les dernière recrue de Pande' ; si je connaissais le nom de toutes nos recrues et avait pour chacun une copie de leur dossier, à partir du 20ème membre, j'avais estimé que des risques de fuites étaient envisageables. J'avais donc conclu deux choses : On avait 26 pions dans nos rangs ainsi qu'Ichi, cul entre deux chaises mais en qui j'avais confiance niveau fiabilité. Parmi ces vingt-cinq, j'en estimais au moins 11 comme étant digne de réelle confiance ; ces onze là étaient donc les seuls à connaître la présence de notre salle secrète. Les 15 autres servaient plus de figurants, de bras pour gérer le club, d'oreille pour nous alerter de risques, celui des mineurs dans les sous-sols par exemple m'avait été rapporté par l'un de ces 15. Bref, 26 pions étaient bien assez, aussi je jugeais que désormais, il ne nous fallait plus que de réel membre, un peu dans le même genre qu'Ichiyo. Des membres proches de nous, avec une réelle utilité.

Une utilité dans ce cas là aurait été un soigneur, bien que la Lutine avait l'air d'avoir quelque chose derrière la tête. Je la déposais d'ailleurs sur le canapé, que j'avais fait installé il y a quelques temps puisque j'avais pas mal délaisser ma chambre au profit de notre QG.

_Je t'écoute, c'est quoi ton plan ? Demandais-je en m'installant en face d'elle, sur une chaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Mer 23 Avr - 22:49




Jambes en l’air à l’hosto

feat : Shayne O’Reily
WARNING : NAKED SHAE IN THE DISTANCE
La tronche qu’il tira valait la peine d’être vue. Bon, étant donné qu’on parle de Shayne, cela ne signifiait qu’une légère déformation de ses traits accompagnée d’une lueur de surprise dans le regard, mais c’était déjà l’expression même de la stupeur quand il s’agissait de lui. Enfin, il se ressaisit avec une vitesse impressionnante – s’il y avait bien une qualité que je devais lui reconnaître, c’était ceci – et se rapprocha de mon lit. Ah ouais, genre il allait s’en occuper lui-même ? Il fallait croire que oui. Je lâchais une exclamation de surprise quand il me souleva, non pas parce que je ne m’attendais pas à ce qu’il fasse ça (quoi que je n’aurai pas imaginé qu’il me trimballe dans toute l’académie ainsi, mais je n’allais pas m’en plaindre), mais plus par la sensation que j’en éprouvais, ou plutôt l’absence de sensation. Pas le temps d’être distraite par des choses aussi futiles, tout aussi perturbée que je puisse être. « Of course, darling. » Fight Club, what else ? « But on peut aller dans ta chambre, si tu préfères. » ajoutais-je avec un clin d’œil. Je masquais mon désarroi derrière des piques du même genre que celles auxquelles il avait l’habitude. Faire comme si de rien n’était ; c’allait être important dans les minutes à venir.

Les infirmières nous firent leur numéro de : ‘elle ne peut pas sortir, elle est encore trop faible !’. J’avais une excellente vue sur l’air dubitatif que Shayne leur adressa pour toute réponse ; quant à moi, je me contentais d’un large sourire et de quelques signes de main en guise d’au revoir. Pas question que j’y retourne comme j’y suis venue. D’autres regards suivirent, outrés, étonnés, voir même médusés pour ceux qui nous connaissaient. Tous furent accueillis par un sourire aussi large que douteux. Pose trop de questions et je te garantis pas l’état dans lequel on te trouvera demain. Enfin. Shayne était rapide et notre association n’était pas loin, je n’eus pas à subir ça très longtemps, ni le spectacle de mes jambes pendant lamentablement.

Le pique m’installa dans un canapé dans le QG après avoir fait signe de congédier tout le monde. « Wow. Le grand luxe. » Probablement lassé de mes blablatages inutiles, Shayne s’installa en face de moi, demandant quelle serait la suite des évènements. Toujours cet air si sérieux… D’ordinaire, j’aurai répliqué en exagérant mes mimiques, rien que pour contraster avec lui. A l’idée de ce que j’allais m’infliger, cela ne me vint même pas à l’esprit ; miroir de son visage, mon expression était aussi sérieuse que la sienne. « Je vais avoir besoin de mon briquet. J’ai vu que tu jouais avec tout à l’heure. » Encore une fois, d’ordinaire, j’aurai plutôt dit ça d’un air de reproche. Il devait être au courant, maintenant, que je n’aimais pas qu’on touche à mes affaires ; mais cette fois-ci, cela me parût complètement insignifiant. Plutôt que de lui arracher l’objet des mains comme je savais le faire, j’attendis qu’il me le tende pour m’en saisir ; je le fis tourner entre mes doigts en même temps que je continuais. « Probablement de fringues aussi. Cette blouse ne me va vraiment pas au teint. » Je lâchais un soupir en le voyant se lever.

« J’en ai pour environ 15 minutes. Et il vaudrait mieux que je sois seule. » Si j’avais modéré mon propos, le fond en était clair : personne ne devait me déranger. Ca sonnait un peu comme si j’allais commencer un rituel satanique et dans le fond… Il y avait de quoi le croire.

J’attendis d’être seule avant de m’y mettre. Avec des gestes précis, j’enlevais l’attelle qui m’enserrait le bras et m’arrêta quelques secondes. Prenant une grande inspiration, j’activais le briquet. Ma gorge était nouée à nouveau, mais rien à voir avec le choc de tout à l’heure. Cette fois-ci, c’était de l’appréhension. J’allais douiller, sévèrement. Mais ça valait le coup. De la flamme produite, je créais une fireball aussi large que mon poing. Au moins même si ça foire, je saurai toujours faire ça. Je n’étais pas très sûre de la marche à suivre à partir de maintenant, mais tergiverser pendant des heures de m’aiderait pas. Alors j’envoyais la fireball droit sur moi, et là commença mon calvaire.

*******

Des billes de lumière semblèrent danser devant mon champ de vision quand je rouvris les yeux, et cette fois encore, je pris mon temps pour émerger. Mon crâne me lançait douloureusement, ma gorge semblait sèche, mes lèvres étaient craquelées et je crevais de chaud, mais j’étais encore en un morceau. Un sourire s’afficha sur mon visage en même temps que je remuais le poignet emprisonné encore quelques minutes auparavant dans une attelle. Pas une vague de douleur. Mon sourire s’élargit et je me mis en position assise sur le canapé – en sale état d’ailleurs. Je me laissais aller à un rire triomphant. Putain de docs, pas foutus de me réparer les jambes ; on devait vraiment tout faire par soi-même, de nos jours.
Un bruit se fit entendre cependant, et je devinais que c’était la porte. Evidemment, ma pathétique blouse avait brûlé et j’eus l’heureux réflexe de remonter mes genoux devant moi, entourant mes jambes croisées de mes bras. Venaient juste de se faire réparer, pas question qu’on me les ré-abîme. Heureusement, ce n’était que Shayne, quoi que cela rendit la situation encore plus gênante, dans un sens – me balader nue n’était pas quelque chose qui me posait problème habituellement, mais encore une fois, je n’avais jamais eu à le faire devant quelqu’un qu’à défaut d’apprécier, je respectais. « I can explain ! » fut la seule chose que je trouvais à dire, lèvres pincées et pupilles dilatées, à la manière d’un chat qu’on aurait surpris en pleine connerie.



HRP:
 

______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 624
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 790
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Jeu 24 Avr - 18:20

Jambes en l'air à l'hosto'
«C'est l'hôpital qui se fout de la charité !»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Elle me demanda d'être seule, bien. C'était un peu à contre cœur que j'acceptais (même si je ne le montrais évidement pas). Mais pas le choix j'imagine. Je remontais donc les escaliers sans savoir ce qu'elle comptait faire. Quinze minutes ? Ca me laissait le temps de lui trouver des vêtements, parce que bon... 'Voyez les uniformes de classes fournie par l'académie ? Bien. Imaginez maintenant ce que peut être une blouse de malade fournie par l'infirmerie de l'académie. Pas question toutefois que je bouge d'ici directement, j'envoyais donc un SMS à un membre du club histoire qu'il se débrouille pour chopper des vêtements pour la Lutine.

De mon côté donc, j'étais posé sur un des rings du Fight Club, proche de l'entrée dissimulée. J'entendais tout, les cris de la lutine, et puisque j'étais seul dans le club, c'était d'ailleurs la seule chose que l'on entendait. Mais je n'avais toujours pas la moindre once de pitié, uniquement une certaine forme d'admiration : Je n'avais aucune idée de ce qu'elle faisait, mais à en juger par ce que j'entendais, ça n'était certainement pas une partie de jambe en l'air. "So funny", comme aurait dit la lutine.

Bref, tandis qu'elle prenait son pied dans le QG, je me mis à penser. Pande', toute cette entreprise... Officiellement, si ce n'est lors du bal, nous n'avions fait aucune apparition, rien d'officiel. Nous n'avions encore blessé personne, et pourtant... Shae avait déjà été blessée. Pas directement à cause de Pandemonium, n'empêche que si l'on était amené à être reconnu, nous risquerions de réelles attaques de cœurs, de trèfles, de la brigade SOS -sur laquelle j'avais commencé à me pencher jusqu'au soucis avec Shae-. Aussi, si je m'étais dernièrement montré un peu plus humain, je n'oubliais pas qui j'étais. Pas question de nous laisser faire ou de laisser qui que se soit nous tomber dessus sans être préparer. De plus, si quelqu'un devait commencer les hostilités, c'était nous, afin de garder l'effet de surprise. D'autant qu'à l'heure actuelle, là où la brigade n'avait que peu (voir aucun ?) indices sur qui ou où nous étions, nous, nous savions tout sur eux. Leur club se situait dans le coin du nôtre, Céleste Neves était à sa tête, et c'était globalement une bande de bisounours aux idéologies passives. Des bisounours menaçant et pouvant causer de réels problèmes dans l'avenir de part leur influence, j'en avais conscience.

A noter tout de même qu'ils n'étaient pas ce que Pande' menaçait. Notre objectif premier, c'était contrôler l'académie, ou la détruire c'est selon. Pour se faire, les informations de l'existence d'un cailloux puissant quelques part dans l'académie, qui s'étaient confirmées lors de notre mission aux sous-sols, m'intéressaient énormément. Il allait donc falloir songer à chopper cette relique, en commençant par le localiser, savoir encore plus précisément ce qu'il était, en dehors d'une grosse masse d'énergie... Pour se faire, j'allais avoir besoin d'influence au sein de l'académie... Dans ma tête, j'établis alors une liste de tout ce qui allait pouvoir m'être utile : Des profs, de l'entourage du dirlo', des joker... Et pourquoi pas la brigade, après tout ?

En ce qui concerne les profs, au delà de nous, simples élèves, ils travaillaient pour l'académie. Ils devaient forcément pouvoir m'apporter l'une ou l'autre information. Du côté de l'entourage du dirlo, ça allait être plus délicat... Il y avait bien ces histoires d'un élève, neveu du dirlo (et chouchouté, parait-il) mais je ne l'avais jamais rencontré. Pour les jokers, c'était encore un peu plus délicat ; en tant qu'élève pique, je n'avais pas beaucoup de contact avec eux... Une promotion serait donc à envisager si je voulais changer ça.
La brigade pour finir... Comme je vous le disais, son influence au sein de l'académie était incontestable. Elle aidait tout les élèves, se souciait de l'académie... Bref elle devait être en bonne relation avec cette dernière ; elle pouvait donc avoir l'une ou l'autre information.
Très prochainement, il allait donc falloir que je me penche sur tout ces éléments.

Mais retour à nos lutins. Les cris avaient l'air de s'être calmés, et un pion venait de m'apporter les vêtements (L'uniforme de carreaux, quel blague). Après l'avoir congédier et attendu qu'il sorte, j'ouvris le passage du QG. Au fur et à mesure que je descendais les marches, une petite odeur de cramée se faisait sentir... Qu'est ce que t'as encore fait Me demandais-je. Arrivé en bas, que vis-je ? Ma chère collègue nue comme un ver, les jambes recroquevillées contre elle... Si ce n'est qu'elles étaient légèrement noircies, elles avaient l'air en meilleur état. Je notais tout de même la petite gène qu'elle semblait éprouvée, ce qui me fit sourire ; voir la lutine gênée, ça devait être un spectacle unique... C'est pourquoi je me devais d'en profiter : En feignant une indifférence irréprochable, je posais l'uniforme en face d'elle, sur la chaise ou j'étais assis tout à l'heure. Puis je m'adossais à un mur à côté.

_J'ai bien cru que t'allais essayer de baisser les bras. Enfin bon, tes jambes sont comme neuves maintenant ? Quoi qu'il en soit, il va falloir commencer à agir, pour Pande'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Jeu 24 Avr - 20:16




Jambes en l’air à l’hosto

feat : Shayne O’Reily
STILL NAKED SHAE IN THE DISTANCE
Mes déboires avaient l’air de le faire rire. Très bien alors, dans ce cas-là, j’allais voir si je pouvais le gêner à mon tour. Hahaha, il jouait l’indifférent maintenant, mais j’avais eu le temps de voir son sourire quand il était entré. Je clignais des yeux, froissée, le fixant des yeux un peu comme un chat qui vous voit rentrer dans une pièce et vous met au défi de le dégager. Il s’avança, posa un uniforme carreau soigneusement plié sur la chaise sur laquelle il était assis une vingtaine de minutes auparavant ; puis il s’adossa à un mur. Toujours en me regardant. J’haussais un sourcil, amusée, ne le lâchant pas des yeux non plus. « Baisser les bras ? Non mais tu me prends pour qui ? » J’attrapais les vêtements à mon intention, observant le symbole des carreaux avec un soupir dégouté. Mais bon, je n’allais pas rester comme ça toute la soirée non plus, n’est-ce pas ? « Tu penses bien que si j’avais voulu abandonner j’y serai pas allée par l’immolation. Ca a plutôt tendance à marcher en effet inverse sur moi. » Je dépliais mes jambes, prenant sur moi pour ne pas voir la réaction de Shayne. L’homme de glace allait-il conserver un masque d’indifférence ? La suite au prochain paragraphe.

« Comme neuves oui. Regarde ! » De nouveau dans une position normale je pliais et dépliais mes jambes devant lui, l’air manifestement très fière et plus embarrassée pour un sou. Il voulait me voir gênée ? Ça tombait bien, j’aurai bien aimé le voir gêné, moi aussi ; s’il fallait passer par la case ‘nudité’ pour ça, soit. J’allais m’exposer. Pendant qu’il changeait de sujet, j’attrapais le chemisier, sans trop me presser non plus. Je ne voulais pas lui montrer, mais j’avais les mains qui tremblaient. L’inconvénient du phoenix était qu’il laissait tout de même des traces ; pour l’heure, j’étais principalement couverte de crasse, le crâne et chaque muscle endoloris comme si j’avais couru un marathon. Aussi ma lenteur n’était-elle pas due uniquement au petit jeu auquel je jouais avec Shayne (même si j’essayais de ne pas prendre trop mon temps non plus ; ma peau me brûlait et j’aimais mieux me dire que ce n’était pas parce que j’étais effectivement gênée).

Evidemment, le haut était trop grand pour moi. J’avais l’air ridicule à flotter dedans, mais je n’allais certainement pas me plaindre. Je pouvais me lever sans ‘trop’ en montrer, au moins. Ce que je fis d’ailleurs ; il fallait bien que j’enfile cette jupe ignoble qu’on se tapait chez les carreaux. « Yup. Cette source d’énergie dont ils nous ont parlé dans les sous-terrains. » Je m’approchais de lui, croisant mes bras sur ma poitrine. « Tu crois que ça pourrait être lié au caillou dont tu m’avais parlé l’autre fois ? » Je scrutais son regard à la recherche d’une confirmation. Si tel était le cas, cela voudrait dire que les informations seraient classées confidentielles. Ce qui signifiait qu’il allait nous falloir une promotion…



______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 624
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 790
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Ven 25 Avr - 19:18

Jambes en l'air à l'hosto'
«C'est l'hôpital qui se fout de la charité !»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Wop, j'avais déclenché une furie : Pendant que nous parlions, la lutine s'exhibait comme jamais. Enfin, je ne me serais pas aventurer sur un terrain glissant, je feignais donc la même indifférence que depuis tout à l'heure. Bref, la conversation continuais donc.

_Sûrement que c'est lié ; quoi qu'il en soit, s'il y a un cailloux rempli d'énergie, il est pour nous. Enfin bon, pour l'heure, on est encore au stade renseignement, mais il va falloir passer la vitesse supérieure, d'une part pour mettre au point une petite équipe avec des membres au moins aussi fort que nous, j'en peux plus de n'avoir que des pions qui nous suivent bêtement. Quatre ou cinq pas plus, un peu comme ceux qu'on a dégommé dans les tunnels. Des personnes qu'on peut contrôler quand même, enfin qui suivront nos ordres. D'autre part, il faut qu'on se débrouille pour être au courant de tout ce qui concerne ce cailloux : Rumeurs, témoins... Tous. Pour ça on va devoir explorer plusieurs pistes ; Profs bien placé et pas trop embrigadé par l'académie, entourage de notre cher dirlo, jokers et peut être faire un tour à la brigade SOS aussi.

Un programme riche en action quoi.

_Il faudrait aussi qu'on soit mieux placé dans l'académie... On pourrait profiter de la petite guerre froide que se font les jokers et les as en intégrant ces derniers.


Et en plus on sera dans la même classe, pensais-je en plaignant nos futurs prof' si nos projets se déroulaient convenablement.

_Je propose qu'on commence par s'inscrire pour les promos d'as et de trouver des recrues un peu plus balèzes ; Je sais que ça ne te plait pas mais ton poulain pourrait vraiment nous être utile.

En réalité, son poste de larbin avec un pied seulement dans Pande' m'allait à peu près, l'évocation de ce dernier était surtout pour tester un peu ma collègue ; si j'avais l'impression que l'on avait franchi une petite étape (et je ne parle pas du fait qu'elle se balade à poil devant moi) en ce qui concerne nos relations et la confiance que l'on s'accordait, je voulais en être sûr : Pouvions-nous désormais être capable de discuter sans se taper dessus ?


Bon, c'est court mais tu me connais, j'aime pas forcer o/. Je vois plus trop ce qu'on peut rajouter (FO RECRUT D MND A PASSER AS MTN), mais si jamais tu veux que Shayne dise l'une ou l'autre info en plus à Shae, tu peux faire un dernier post' et je conclurai avec. Sinon tu peux conclures directement, ça me va moi ^^.


Dernière édition par Shayne O'Reily le Sam 26 Avr - 9:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar



Messages : 2288
Date d'inscription : 11/06/2013

Espèce : Hukai
Catégorie : Magie - Pyromancienne
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 942
Points d'apprentissage :
8 / 1008 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Ven 25 Avr - 21:28




Jambes en l’air à l’hosto

feat : Shayne O’Reily
We got a long way to go…
C’est que je serai presque vexée du masque d’indifférence que Shayne continuait d’arborer, si je ne l’avais pas vu tourner des yeux quelques secondes. C’était donc partagée entre satisfaction et gêne que je finissais de m’habiller avant de le rejoindre, une fois présentable.
« Je peux explorer côté profs. » Quitte à le surprendre, je n’étais pas pour autant moins sûre de mon affirmation. Mon oncle ne saurait pas me refuser quelques renseignements, tant que je prenais garde à la forme que prendrai ma requête. « Je te laisse t’occuper de la brigade SOS. Les gens comme eux, ça me tape trop sur le système. »

Je continuais à écouter et réfléchir à ce qu’il disait tout en me mordillant les lèvres. Dans la globalité, j’étais d’accord avec ce qu’il me serinait. Mon regard croisa le sien quand il parla d’intégrer la classe As. Ravie de voir qu’on pouvait être sur la même longueur d’onde sans avoir besoin de se consulter. J’acquiesçais avec un sourire en coin. « Ça me va. J’irai voir pour ça demain, on peut y aller ensembles si tu veux. » Les gens ne se poseraient pas de question. Nous n’étions que les deux brutes qui géraient le Fight Club aux yeux de l’académie… Mais deux brutes intelligentes, là était la différence avec la populace qui fréquentait ledit club. Quant au fait que je pousse la sociabilité au point d’entreprendre des démarches en même temps que lui… Nous avions franchi des caps, c’était indéniable.

Quant à Ichiyo… Je me mordis carrément l’intérieur des joues. « Il est pas encore prêt. » Ce n’était pas un refus catégorique, simplement une constatation. Je lui laissais un – certes maigre – terrain d’entente ; je devais lui reconnaître qu’Ichiyo avait du potentiel. Aurait-il gardé le poste de larbin en chef aussi longtemps sinon ? De plus, son pouvoir du Trou Noir était impressionnant… Mon mal de tête sembla empirer à mesure que j’y pensais. « Avec de l’entrainement, pourquoi pas… » lui concédais-j avec un haussement d’épaules, suivi par un bâillement d’une longueur impressionnante. « Le prends pas personnellement, mais j’irai bien me pieuter moi. On reparle de ça plus tard. Je prends le canap’, tu peux me rejoindre si tu veux ! » finis-je avec un clin d’œil, sachant pertinemment qu’il ne me prendrait pas au sérieux – sinon je ne m’embêterai pas avec autant de futilités ; avant de retourner m’étaler sur ledit sofa, plongeant rapidement dans un état de somnolence avancée, et finissant éventuellement par sombrer dans un profond sommeil. La nuit pour récupérer, puis nous passerions aux choses sérieuses.

Tu me diras demain si je peux poster dans les sujets finis ou pas ^^


______________

Les récompenses:
 

Fiche de personnage // Fiche de liens // Je parle en #ff0000 // FC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
As
avatar


Messages : 624
Date d'inscription : 10/06/2013
Espèce : Youkai
Catégorie : Magie
Niveau : Université
Classe : As
Points MS : 790
Points d'apprentissage :
47 / 10047 / 100


Carte Rakishou
Inventaire & trucs:

MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   Sam 26 Avr - 9:46

Jambes en l'air à l'hosto'
«C'est l'hôpital qui se fout de la charité !»
Shae Swann & Shayne O'Reily




Etonnement, on était réellement sur la même longueur d'onde, et on se partageai même le boulot : Elle s'occupait des profs pendant que je m'occupais de la brigade, et on irait ensemble s'inscrire chez les as. Quant à Ichiyo, je n'avais que vaguement écouter la réponse, mais simplement observé son comportement : Calme. Désormais, je pourrais donc réellement lui faire confiance. Enfin. J'avais marmonné un "'Nuit" pendant qu'elle me ressortait son sarcasme ; caractéristique chez elle d'ailleurs, je commençais même à m'y habituer. Mais de mon côté, j'avais du boulot (aussi parce qu'on était même pas le soir).

Je m'asseyais donc à la table ou, comme d'habitude, quelques piles de dossiers divers et variés étaient dispersées... C'est que depuis Pande', je m'étais découvert un vrai intérêt pour la recherche sur les personnes, les organisations... Un côté cerveau à l'arrière qui complétait mon côté tête brûlée sur le terrain. Comme quoi, si notre entreprise allait être néfaste sur l'académie, elle m'en voyait tout de même grandit.

Bref, mon boulot donc... J'allais commencer par étudier un peu les as. Quels élèves étaient dans cette classe, les dossiers d'inscriptions... Ainsi, quand la lutine serait sur pied, nous pourrions passer au niveau supérieur en les rejoignant.


Riquiqui, c'était juste pour clore bientahutoimêmetusai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae
» jean marc balbeur a l hosto!!!!!!!!!!!!!
» Fabrication demies jambes d'armure
» Waow, jolies jambes ! A quelle heure elles ouvrent ? ✤ Siam
» Les jambes sans repos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie Rakishou :: Bâtiment principal :: Infirmerie-